Actualités

Mohia abdellah 1950 2004 dit Muhand U Yahia

Mohia abdellah 1950 2004

mohiaMohya, de son vrai nom MOHIA Abdellah, est écrivain, poète et traducteur de langue amazigh (kabyle). Mohia Abdellah (ou Muhya, Muhend u Yehya) est né le 1er novembre 1950 à Iazzugen (Azazga). Sa famille est originaire d’At-Rbah (commune d’Ibudraren) dans la célèbre tribu des At-Wasif mais son père, tailleur de profession, s’est installé depuis quelques années à Iazzugan.
Mohya a passé une partie de son enfance dans cette région avant que sa famille ne déménage à Tizi-Ouzou. Interne au Lycée Amirouche à Tizi-Ouzou, le jeune Mohya était un brillant élève, il décroche son bac en 1968. Il rejoint l’Université d’Alger où il poursuit des études supérieures en mathématiques. Il obtient sa licence en 1972. Il participe à un concours qu’il obtient, il est alors autorisé à s’inscrire à l’Ecole d’Ingénieurs en Hydraulique en France. En 1973, il part donc en France, plus précisément à Strasbourg, mais au cours de la même année il rejoint Paris. Il intègre le Groupe d’Etudes amazighs créé à l’Université Paris VIII (Vincennes). Il sera un des animateurs des revues publiées par ce groupe : Bulletin d’Etudes amazighs (BEA) puis Tisuraf. En parallèle, il travaillait comme veilleur de nuit dans un hôtel du 7ème arrondissement. Il a animé la troupe Asalu à partir de 1983. C’est autour de cette dernière qu’un atelier de traduction-adaptation s’est constitué. Pendant de nombreuses années, il tenait un commerce d‘alimentation générale à Paris. Il a par ailleurs enseigné l’amazigh à l’ACB.
Il a publié des poèmes, des nouvelles ainsi que de nombreuses traductions vers le kabyle de pièces de théâtres (plus d’une vingtaine), nouvelles, poésies…
Dans cet article, il sera question d’une présentation succincte de l’ensemble de l’œuvre accomplie.
L’œuvre de Mohya

L’œuvre de Mohya est très diverse et s’inscrit dans trois domaines différents :

1. L’œuvre littéraire proprement dite constituée de poèmes, de nouvelles et autres textes littéraires divers, créations propres de l’auteur.
2. L’œuvre littéraire populaire recueillie et/ou complétée par l’auteur.
3. Les œuvres traduites et adaptées vers le kabyle à partir du français et qui faisant partie de patrimoines littéraires (et/ou artistiques) étrangers.

1 – L’œuvre littéraire de Mohya :

Elle est constituée essentiellement de deux genres littéraires : la poésie et la nouvelle (/ou conte).

1.1. La poésie :

Dès son entrée à l’Université d’Alger en 1970, le jeune Mohya, fréquente le cours de amazigh dispensé par Mouloud Mammeri à l’Institut d’Ethnologie. Au cours d’une excursion à Tala-Guilef, il lit le poème qu’il venait de composer Ayen bghigh (= Ce que je veux/ Mon amour) en présence de M. Mammeri. Ce dernier n’a pas manqué de le féliciter et de l’encourager à continuer sur cette voie. Ayen bghigh est chanté par le groupe Imazighen Imoula constitué autour de Ferhat sous une version intitulée Ayen righ. Mohya est désormais sorti de l’anonymat.
Au cours des années 1970, Mohya continuera à composer des poèmes. Certains parmi ces derniers auront une diffusion massive. Ainsi, Tahya Berzidan (=Vive le président !) et Ammarezg-nnegh ! (Oh, notre bonheur !…), publiés dans Tisuraf ont connu un grand succès après leur reprise en versions chantées par Ferhat.

Mohya composera de nombreux poèmes. Les plus connus restent ceux qui sont repris par les chanteurs kabyles. Dans une société où l’oralité reste l’un des rares vecteurs de transmission de savoirs, il faut reconnaître que les vers de Mohya ont connu une large diffusion surtout avec une chanson mise au service la revendication amazighiste contre le déni identitaire.

D’autres poèmes de Mohya sont chantés par Takfarinas, A win iheddren fell-i ; par Malika Domrane, Ad’ellaâ iqqersen ; par Idir, Ay arrac-nnegh ; Slimane Chabi Ad ghregh di lakul…
Comme préface au recueil de Amar Mezdad, Tafunast igujilen publié comme supplément à Tisuraf, Mohya y met un poème Tarebget.

Mais un bon nombre de ses poèmes reste encore inédit.

1.2. La nouvelle et le conte :

Les nouvelles écrites par Mohya sont nombreuses. Mais ne sont connues du public que celles éditées dans les cassettes audios 1 à 5. A titre d’exemple, nous pouvons citer : Tamacahut n Iqannan (histoire des nains), Tamacahut n ileghman (histoire des chameaux), Tamacahut n yeghyal (histoire des ânes), Asmi nxeddem le théâtre (Quand on faisait du théâtre), Wwet ! (Frappe donc !)… Une dizaine d’autres nouvelles restent inédites.

1.3. Préfaces et essais :

Outre une préface en kabyle au recueil de chanson de Slimane Azem, Izlan, Mohya a publié une présentation de la chanson de ce poète. Il a également fait une autre préface au recueil de Lwennas Iflis (Tisuraf n° 2 / Poèmes d’espoir). L’auteur, de son vrai nom Saïd Boudaoud, est originaire de la région de Tizi-Ghennif. Tout en faisant un DEA en mathématiques, il a participé à la troupe de théâtre Imesdurar.

Par ailleurs, il a également écrit la préface du 1er 33 tours de Idir A baba-inu, ba sous un pseudonyme et préfacé également un disque de Ferhat en commençant ainsi sa préface : l’esclave va chanter…
Nous lui connaissons également un essai d’analyse linguistique et littéraire sur le syntagme Yenna-yas dans le théâtre kabyle (février 1989).
Mohya et Ramdane Achab ont animé une feuille entièrement rédigée en kabyle et intitulée Afud ixeddamen. Un numéro ‘grand format’ de cette feuille est publié avec la participation de membres du GEA, d’O. Oulamara…

2. L’œuvre littéraire populaire recueillie et/ou complétée.

Il s’agit essentiellement d’éléments de la tradition orale recueillis et/ou complétés par Mohya.

2.1. Le recueil Akken qqaren medden.

En venant en France, Mohya n’a pas omis d’emporter dans ses bagages un petit opuscule de proverbes publié par le FDB en 1955 et intitulé Akken qqaren medden. L’auteur, J.-M. Dallet, présente tout ce qu’il a pu recueillir comme proverbes dans la région des At-Menguellat. Mohya qui s’est mis depuis longtemps à recueillir toutes sortes de proverbes, maximes, adages… de toutes les localités de la Kabylie a compulsé un matériau important tant du point de vue quantitatif que qualitatif. Il publie certains de ces proverbes dans BEA n°4, 1974, pp.30-37. Mais la totalité des données recueillies est publiée sous le titre ‘Akken qqaren medden’ (Inhisen), Supplément à Tisuraf, novembre 1978, 217 p.

2. 2. Les contes et fables :Il s’agit de contes et fables populaires recueillis par Mohya en Kabylie ou auprès de travailleurs émigrés. Certains sont publiés sous le titre Tiqdimin dans BEA n° 11, 1977, pp. 85-88 (10 contes) ; Tisuraf n° 1, 1978, pp. 93-98, (13 pièces) et Tisuraf n° 3, 1979, pp. 57-62, (13 pièces).

3. L’œuvre traduite/adaptée par Mohya.

L’œuvre traduite est constituée essentiellement de pièces de théâtre, de la poésie et la nouvelle (/ou conte). Si le premier genre constitue l’œuvre de prédilection de Mohya, les deux autres aussi méritent une attention particulière ne serait-ce que du point de vue de la diffusion qu’ils connaîtront.

3.1. Le théâtre :

Au milieu des années 1960, des lycéens scolarisés au lycée Amirouche à Tizi-Ouzou tentent de jouer des pièces de théâtre en kabyle au sein de leur troupe qu’ils viennent de créer. L’administration de l’établissement, sous la pression du parti unique FLN, s’y oppose. Au même moment, des pièces de théâtre radiophoniques sont diffusées sur les ondes de la chaîne II. Mais une troupe de théâtre donnant des représentations en kabyle était alors perçue comme ‘groupuscule aux activités contre-révolutionnaire, réactionnaire, au service de l’impérialisme…’. D’autant plus que les seules pièces de théâtre disponibles sont celles publiées par le FDB à savoir :

– Bu-Saber (la patience), pièce en trois actes, pour enfants, publiée à Fort-National, 1965, pièce 47p.élaborée par A. Aït Yehya, B. Aït Maâmmer et J.-M. Dallet.

– Aâli d Remdan, ah’wanti n Beghdad (Ali et Ramdane ou le marchand de Baghdad), 1955, 56 p. Une adaptation d’un conte des milles et une nuit faite par A. Aït Yehya. Jeu scénique en cinq tableaux. -Trois compositions didactiques élaborées par Aït Yehya, J.

-M. Dallet, Sœur Louis de Vincennes…

A l’Université d’Alger, la plupart de ceux qui ont fréquenté le lycée Amirouche s’y retrouvent et créent ce qu’on peut appeler le Cercle des étudiants de Ben-Aknoun. Une troupe de théâtre voit le jour au sein de ce cercle et la pièce de théâtre Mohamed, prends ta valise est mise en scène. Les autorités de l’époque opposent une fin de non-recevoir aux demandes de participation aux différents festivals officiels. Pour déjouer ce refus, les membres de cette troupe élaborent une autre mise en scène mais en arabe dialectal. Ils ont eu alors l’autorisation de participer au Festival de Carthage en 1973. Une fois sur scène, ils donnent une représentation de Ddem abaliz-ik a Muh !, la version kabyle de Mohamed, prends ta valise ! C’était une réussite, la troupe décroche le premier prix de ce festival. Mais comme à l’époque, les autorités favorisaient tout ce qui est soutien à la cause palestinienne, elles ont donc convenu d’attribuer ‘symboliquement’ le premier prix à la troupe palestinienne, et la troupe officielle représentant donc l’Algérie a eu droit au 2ème prix ! A Alger, le ministre de la Culture félicite les membres de la troupe pour le prix acquis et leur signifie qu’il n’est plus possible pour eux de donner une quelconque représentation vu qu’ils ont trahi sa confiance. « Xdaâtuni !… » avait-il dit.
Le texte de la pièce Ddem abaliz-ik a Muh ! est publié dans le BEA, 1974.
Mohya, bien que ne faisant pas partie de la dite troupe de théâtre, suivait de près ces évènements. C’est à cette période qu’il commence à adapter le théâtre étranger en kabyle. Morts sans sépulture de J.P. Sartre est la première pièce qu’il traduit. Des extraits de cette adaptation seront publiés dans BEA II/2, 1973, pp. 17-27. Dans BEA II/3, 1974, un article traitant de cette pièce est publié sous le titre ‘une expérience à poursuivre’. En collaboration avec Mumuh Lukad, il adapte une seconde pièce de J.P. Sartre, La pute respectueuse.
En 1974, il publie Llem-ik, ddu d ud’ar-ik, l’adaptation de L’exception et la règle de Bertolt Brecht. L’opuscule de 42 pages + VI porte la mention Tiz’rigin Tala (=éditions Tala). Dans la préface en kabyle (Tazwart p. IV), Mohya revient sur la nécessité de publier en tamazight. Dans la présentation en couverture 4, il insiste sur le fait qu’il est plus que jamais pressant de prendre part à la galaxie Gutenberg telle que définie par le philosophe Marshall Mac Luhan.
A la même période, Mohya monte une troupe de théâtre, autour du GEB. Troupe de théâtre appelée Imesdurar, qui a participé au 1er Festival du théâtre de l’immigration, en jouant la pièce Llem-ik, ddu d ud’ar-ik. Les membres de la troupe sont : Mohya, Mustapha Bounab, Mustapha Aouchiche, R. Achab, Boussad Benbelkacem, Saïd Boudaoud… Des représentations de la dite pièce sont données particulièrement à Suresnes, au Théâtre des Bouffes du Nord (Paris) mais également à la Salle Saint-Bruno du 18ème arrondissement. La représentation donnée à Suresnes a fait l’objet d’un article de Amezyan B. [Il s’agit de S. Boudaoud] intitulé ‘Une expérience de théâtre populaire’ publié dans le BEA n°8, (1976), pp. 31-34.
La même année, Mohya termine Aneggaru a d-yerr tawwurt (la décision) de Bertolt Brecht. Le texte sera publié en deux parties dans BEA n° 11, (1977), pp. 63-83.

Mais lors du grand gala organisé par la coopérative Imedyazen avec tous les grands noms de la chanson kabyle (S. Azem, Idir, Ferhat, Hnifa…) gala animé par Ben-Mohamed, la pièce de théâtre Llem-ik ddu d ud’ar-ik était prévue au programme, en première. Les comédiens ont commencé à jouer, mais le public était impatient de voir et d’écouter les chanteurs, les vedettes ! Il s’est mis à siffler et à montrer son hostilité. On a dû arrêter de jouer. Cet échec a beaucoup affecté Mohya, au moins sur le coup…)
A la fin des années 1970, l’idée de faire du théâtre en amazigh prenait forme à l’Université de Tizi-Ouzou nouvellement créée par Boumediène juste après le 19 juin 1977 pour dékabyliser Alger. Des étudiants créent une troupe de théâtre et mettent en scène Tighri n tlawin (la voix des femmes) et La guerre de 2000 ans de Kateb Yacine. Mais les représentations que cette troupe veut faire sont interdites par les autorités en juin 1979 puis en janvier 1980.

A partir du Printemps Amazigh, Mohya travaille d’arrache-pied pour adapter le maximum de pièces en kabyle. Le public n’en finit pas de demander. Ainsi, Pour illustrer la problématique amazighe (confrontation de l’amazigh avec le régime en place), Mohya adapte en kabyle une nouvelle, Le ressuscité du célèbre écrivain chinois Lu Xun (ou Lu Sin) en pièce de théâtre Muhend u Caeban. Cette dernière a connu un grand succès, depuis 1980, au point où les Editions amazighes, alors dirigées par Mustapha Aouchiche, financent son tournage comme film et l’éditent en 1992. Des extraits sont par ailleurs publiés dans la revue Tiddukla n°6/7 et 8.

En 1982, Mohya s’intéresse à Pirandello. La pièce intitulée la Giara qui a donné la Jarre en français est devenue Tacbaylit sous sa plume.

En 1984, ce sont deux pièces , Tartuffe de Molière et Ubu Roi d’Alfred Jarry, qui sont adaptées en kabyle respectivement sous les titres de Si Partuf et Caebibi.

Puis ce sont deux autres pièces : Médecin malgré lui de Molière et En attendant Godot de Samuel Beckett qui sont adaptées respectivement sous les titres de Si Leh’lu et de Am win yettrajun R’ebbi. L’adaptation Si Lehlu est publiée en deux parties dans Awal, la revue que vient de fonder l’écrivain Mouloud Mammeri. La première partie est parue dans le n°2, 1986, pp. 145-156 ; tandis que la seconde est parue dans le n° 3, 1987, pp.147-190.

A partir de 1986, tout en s’intéressant à d’autres auteurs étrangers tels que Pirandello ou Lu Xun, Mohya s’investit à fond dans l’adaptation du théâtre français.

Ainsi, quatre autres adaptations voient le jour :

– Sinistri (la farce de Maître Pathelin). Cette pièce de théâtre est composée par un auteur inconnu en 1464. Elle est très connue car elle est l’un des rares témoignages du théâtre français du Moyen Age. Cette pièce est diffusée sous forme de deux cassettes audio.

-Les fourberies de Scapin et Le malade imaginaire de Molière. Ces deux dernières sont restées à l’état de manuscrit.

-Knock de Jules Romain (manuscrit).

Toutefois, Mohya n’est pas resté prisonnier du théâtre français. Bien au contraire, il s’intéresse à d’autres auteurs ayant contribué au théâtre universel. Il adapte alors : Les émigrés de Mrozeck en Sin-nni, Le suicidé de Nikola Erdmann en Axir akka, wala deg uz’ekka et la nouvelle de Lu Xun La véritable histoire de Ah Qu en Muh Terri.
Sin-nni est réalisée par une troupe professionnelle au théâtre Régional de Bgayet avec Fellag en 1991. Muh Terri est diffusée en cassette audio.

A la fin des années 1990, Mohya est attiré par les auteurs de la Grèce Antique. Il s’est intéressé tout particulièrement aux dialogues philosophiques de Platon. Ainsi, il commence l’adaptation de Gorgias (inachevée) de Platon, Mémorables de Xénophon ainsi qu’une œuvre de Sophocle : Œdipe roi. Ces œuvres, Mohya les a adaptées en pièces de théâtre.

3. 2. Poésie :

C’est dans les années 1970 que Mohya s’est investi dans la traduction de la poésie vers l’amazigh. Un recueil de la plupart des ces traductions est publié sous le titre Mazal lxir ar zdat, comme supplément à Tisuraf, décembre 1978, 66 p. Dans la liste des auteurs traduits, il y est fait mention de J. Prevert, G. Brassens, B. Brecht, G. Servat, J. Ferrat, W. Blake, B. Vian, J. Brel, E. Pottier, J.-B. Clément, F. Leclerc, P. J. Béranger, J. Beaucarne ; mais aussi des extraits de Phèdre ou des pièces d’auteurs anonymes.

Certaines pièces traduites ont connu une grande diffusion à l’instar de Amezzart’i (le déserteur) de Boris Vian chantée par Ferhat.
Mohya a traduit quelques fables de La Fontaine dont Werjeji (la cigale et la fourmi), chantée par la troupe Debza et Tagerfa d ubaragh (le corbeau et le renard) insérée dans la pièce Sinistri.

Il a, par ailleurs, adapté la chanson Pauvre Martin de Georges Brassens en Muh’ n Muh’, chantée par Djurdjura.

Au milieu des années 1980, Mohya compose Ah ya ddin Qessam en référence à Berwageyya, la tristement célèbre prison où croupissent les militants amazighistes et des droits de l’Homme en 1980 et en 1985. Le poème, diffusé à l’Université de Tizi-Ouzou, se répand partout en Kabylie après sa reprise sous forme de chanson par Ali Ideflawen.
Ah ya ddin qessam ! est en fait une adaptation d’un poème de Seghers chanté par Léo Ferré : « Merde à Vauban ».

3. 3. Autres œuvres traduites/adaptées :

Mohya a adapté des nouvelles de Singer et de Maupassant. L’inventaire de ces adaptations est inachevé. Il a aussi adapté un texte de Voltaire, Gménon ou la sagesse humaine en Muh’end u Caeban mi yecca taxsayt… Cette dernière est enregistrée en cassette.
Il s’est aussi inspiré de Les jeux de mots de Raymond Queneau pour écrire le texte 1er Novembre ieeddan, (Cassette 4).

De même, nous n’arrivons pas à situer les versions originales des adaptations suivantes : Tamacahut n Ganuc asmi yeznuz isgharen (probablement inspirée des Guignols), Tamacahut n warraw n weh’mam aerab et du monologue Targit (le rêve).

Il a, entre autres, adapté en kabyle le scénario du film ‘The night of the hunter’ (La nuit du chasseur) de Charles Laugton dont l’acteur principal est Robert Mitchum et un volume d’une bande dessinée de la série Astérix ‘le cadeau de César’.

En dernier lieu, on peut citer l’adaptation d’une série de quatre livrets de contes pour enfants sous le titre de Deh’muc ameemuc à partir de la version de L. Hodgson. Ces livrets sont publiés par l’AJBF en 1994 sous le pseudonyme Muhend U Ruminegh !

Pour ne pas conclure :

L’œuvre de Mohya est presque entièrement connue : quand une pièce de théâtre n’est pas publiée par écrit, elle l’est sous forme de cassettes audio (en circulation chez ses amis).

Avec sa contribution au renouvellement des genres et des thèmes en littérature amazighe, Mohya occupe une place prépondérante dans l’espace littéraire kabyle en particulier et amazigh en général. Salem Chaker signale ce fait dans son étude sur la néo-littérature amazighe et dit en substance ‘Dans cette dynamique de traduction littéraire, Muhend-u-Yehya occupe une place à part : par son ampleur, sa diversité et sa qualité, sa durée aussi, son œuvre peut être considérée comme une des grandes références fondatrices de la nouvelle littérature kabyle.’

La notoriété atteinte par Mohya ne se fait pas démentir : ses pièces sont représentées sur scène tant en France depuis 1975, qu’en Kabylie et à Alger depuis 1986.

La critique universitaire et journalistique en est très positive.
Mieux encore, Mohya a servi d’exemple à toute une génération. Le théâtre comme le roman ou d’autres genres inexistants dans le patrimoine littéraire traditionnel amazigh peuvent se décliner en amazigh, bien qu’ils aient pour source de diffusion l’Occident. Il suffisait juste de vouloir en doter la littérature amazighe.
En recourant au kabyle tel qu’il est usité dans les communications réelles, Mohya démontre que la vivacité de la langue ne réside pas dans l’emprunt par snobisme ou dans un recours systématique à une néologie à tout-va.

Dans son entretien accordé à la revue Tafsut, série normale n°10, avril 1985, pp. 43-64 il affirme : « …Toujours est-il que je publierais volontiers par écrit si le manque de temps ne m’en empêchait », (p.57).
Quel serait le plaisir de Mohya de voir l’ensemble de son œuvre (éditée ou en manuscrit) publiée et diffusée auprès de ceux pour qui il a consacré toute une vie. Il est sûr que ce jour-là, Mohya criera de sous les pierres tombales (il l’a promis !) et dirait sûrement : ‘Ah ya ddin qessam’ ! …

source: www.tamazgha.fr

Radio Hchicha

septembre 15th, 2009

Vos Commentaires

One Comment

  1. Nabil says:

    bravo pour tt ce qui a fais Mohya, il reste un grd Homme …personnellement je suis engager a réaliser un petit film documentaire sur lui,et j’ai besoin e bcp d’aide dans la matière et surtout des photos ou des images d’archive de lui. faite moi un signe sur mon mail nabilphoto1977@yahoo.fr Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *