[Recette de cuisine] Houmous libanais

Préparation : 30 mn
Cuisson : 10 mn

Ingrédients (pour 4 personnes) :
– 1 grosse boîte de pois-chiches nature
– 4 cuillères à soupe de tahiné (crème de sésame)
– 2 gousses d’ail
– 2 citrons pressés
– 1 petit bouquet de persil
– Huile d’olive
– paprika

Préparation :

Pelez l’ail, écrasez le.

Faites bouillir les pois chiches 10 minutes. égouttez les et réservez un peu d’eau du bouillon.

Mettez dans le bol du mixer, les pois chiches tièdes, la crème de sésame, le citron, l’ail et le sel.

Mixez le tout jusqu’à obtention d’une purée bien lisse. Si la purée est grumeleuse ou trop épaisse, rajouter petit à petit du bouillon de pois-chiche, jusqu’à obtention d’une purée crémeuse.

Versez la purée dans un plat, arrosez d’huile d’olive et mettez au centre le persil haché. Saupoudrez d’un peu de paprika.

[Audio] Ecoutez la 87ème GAADA

Salam nass el GAADA

Au programme cette semaine : Maghreb orchestra, Dub inc & amazigh kateb & Jimmi oihid, Banis, Révolution interne (Dany Habib), Kel assouf, T34, ONB

Pour écouter l’émission en streaming :

 

| Open Player in New Window

Pour la télécharger :

http://www.;www.megaupload.com/?d=GW68MDMZ

Salam men el gaada w men nass annaba

Djazia Satour: Klami

Klami, premier opus sous son nom, est une sorte de trait d’union dans la carrière de la chanteuse Djazia Satour. Celle qui fut choriste de Gnawa Diffusion, avant d’être la voix centrale de MIG jusqu’à la dissolution du groupe, signe un mini album entre musiques noires américaines, grooves maghrébins et pop-culture. Personnel et intriguant.

Paris – 27/12/2010 –

 

| Open Player in New Window


Djazia Satour Klami. (Musicast) 2010

C’est sous le regard de son demi-frère Amazigh Kateb au sein de Gnawa Diffusion, que Djazia Satour a fait ses armes musicales. Profitant de son ombre, sur les plus grandes scènes comme en studio, la choriste née à Alger et installée à Grenoble depuis 1990 affirme tranquillement et sans pression un joli timbre de voix.

Timbre de voix qui attire à lui, deux rouleurs de beat au début du nouveau millénaire. Ainsi naît le groupe MIG. En six années et deux albums (Dhikrayat en 2004 et Yamatna en 2006), MIG marque les esprits par la proximité de la voix tout terrain de Djazia et les grooves moelleux du combo.

Aussi à l’aise sur le fil des mélodies populaires du chaâbi que sur les beats électroniques de la dance-culture, la chanteuse incarne sans même en avoir toujours conscience les vertus de la double culture ; un terme qui s’avère vite limité, restrictif, la jeune femme ayant plus de deux couleurs à son arc-en-ciel : musiques du Maghreb, soul, funk, blues, jazz, pop, trip hop…

Sans rien perdre des richesses de chacun des genres, elle parvient à les faire coulisser sur le fil de ses cordes vocales et au cœur de ses grooves aux déhanchés délicats de ce nouveau projet. Soigneusement arrangé et orchestré, avec orgue, violons, violoncelle et bendir, l’enchanteur Klami donne envie d’en savoir plus.

http://www.rfimusique.com/musiquefr/articles/132/article_18169.asp