Actualités

SALIF KEITA – Nouvel album : La différence

CONCERTS : 27/03/2010 L’heure Bleue St Martin d’Hères (France)

28/03/2010 à Villeneuve la Garenne dans le cadre du festival CHORUS
SALLE DESS FETES

01/04/2010 Auditorium Lyon (F)

09/04/2010 Sciez (F)

10/04/2010 Vincennes (F)

14/04/2010 Philarmonie Luxembourg (L)

12 avril 2010 à l’Olympia à Paris

16/04/2010 Centre Culturel Villiers le Bel (F)

18/04/2010 Moscow Performing Art Center Moscou (Ru)


SALIF KEITA – EPK "La Différence"
envoyé par spokanet. – Regardez plus de clips, en HD !

Biographie

Salif Keïta est un chanteur et musicien malien, né à Djoliba le 25 août 1949.

Salif Keïta est né albinos dans une région où les albinos sont mal vus en raison des pouvoirs maléfiques qui leurs sont attribués. Il est descendant en ligne directe du fondateur de l’Empire du Mali, Sundjata Keïta.

Après ses études, il rêve de devenir instituteur mais il est recalé à cause de sa mauvaise vue. Il décide alors de devenir chanteur ce qui va créer un scandale dans sa famille. Traditionnellement, la musique est réservée à la caste des griots, et les Keïta sont une famille de princes. Il est rejeté par sa famille et part à Bamako en 1968. Il intègre le groupe du saxophoniste Tidiani Koné, le « Rail band de Bamako », qui joue tous les soirs au buffet-hôtel de la gare à Bamako, et obtient d’importants succès avec son répertoire composé d’airs traditionnels interprétés de façon moderne.

En 1973, il rejoint un autre groupe, « les Ambassadeurs » qui joue d’abord au motel de Bamako, puis avec lequel il s’installe à Abidjan, en Côte d’Ivoire. En 1978, il y enregistre son premier album Mandjou dans lequel il rend hommage au peuple mandingue.

En 1980, il enregistre aux États-Unis deux disques : Primpin et Tounkan. En 1984, il quitte Abidjan pour revenir à Bamako et retrouver sa famille, notamment son père vieillissant. Il participe cette année au festival de musiques métisses d’Angoulême (France). Il rencontre un succès auprès du public français, et vient s’installer en France à Montreuil d’où il anime de nombreuses fêtes traditionnelles dans la communauté malienne immigrée. L’année suivante, il participe, à la demande de Manu Dibango, à l’enregistrement d’un album collectif Tam tam pour l’Afrique au profit de l’Éthiopie où sévit la famine. En 1986, il enregistre un album, Soro, de blues-rock chanté en malinké. Il participe alors au festival des Francofolies à La Rochelle en 1987, et à un concert organisé à Londres pour le 70ème anniversaire de Nelson Mandela, au côté notamment du sénégalais Youssou N’Dour. Il sort en 1989 son second album en France Ko-Yan où à travers la chanson Nous pas bougé, il aborde les problèmes que rencontrent les immigrés maliens en France. Son troisième album Amen sort en juin 1991.

Son nouvel album Folon de 1995 est dédié aux enfants albinos pour lesquels il a créé une association. À partir de 1996, bien que toujours installé à Montreuil, il ouvre un studio d’enregistrement à Bamako afin d’aider les jeunes musiciens maliens (dont notamment Fantani Touré, Rokia Traoré…). En 1997, il sort un album Sosie composé de titres de chanteurs français (Maxime Le Forestier, Michel Berger, Jacques Higelin ou Serge Gainsbourg) interprétés à la kora ou au balafon. En juin 1999, il sort un nouvel album intitulé Papa où il évoque son père, décédé deux ans plus tôt. En 2001, il ouvre un club couplé à un studio d’enregistrement qui porte le nom de Moffou, nom d’une flûte utilisée par les enfants bergers. En mars 2002, sort un album portant le même nom.

Le 12 décembre 2004, à Johannesburg (Afrique du Sud), il est distingué aux Kora Awards pour l’ensemble de sa carrière.

sources : wikipedia biographie complète avec mise à jour

Discographie

1987 : Soro, Island.

1989 : Koyan, Island.

1991 : Amen, Island.

1994 : Intégrale 1969-1980 chez Sonodisc.

1995 : The mansa of Mali…a retrospective, Mango.

1995 : Folon…the past, Mango.

1997 : Sosie, Night & day.

1999 : Papa, Capitol records.

2002 : Moffou, Universal.

2006 : M’Bemba (l’ancêtre), Universal.

Salif Keïta a également écrit les musiques de deux films, Yeelen (1988) de Souleymane Cissé, et L’Enfant lion (1992) de Patrick Grandperret.

Radio Hchicha

mars 20th, 2010

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *