Actualités

“Jazzarab” spectacle musical de Mamia Cherif 5 mai 2010 à Paris (entrée libre)

“Jazzarab” le Nouveau spectacle musical de Mamia Cherif. Le mercredi 5 mai 2010 à 20h00 en concert à Paris (entrée libre)

Théâtre “Le çâ” Centre d’animation Places des Fêtes

2,4 rue des Lilas – 75019 Paris (métro : Place des Fêtes)

Tel : 01 40 18 76 45

Après un premier disque (Double vie) où elle se racontait en chansons, Mamia Cherif réadapte aujourd’hui des standards de jazz aux couleurs de la méditerranée, qu’elle chante en arabe, en français, en espagnol, en portugais et en italien . Imaginez la beauté, l’intemporalité de standards de jazz comme Caravan, Night in Tunisia, Afro Blue, alliés à la musicalité de l’Arabe littéraire. C’est le défi relevé sur ce nouvel album : un miel pour les oreilles, des souvenirs mille fois revisités mais complètement renouvelés ici. Un grand pont entre l’Amérique et l’Afrique, une nouvelle terre dans le vaste univers des Musiques du Monde. En résidence au Théâtre “Le çâ”, Place des Fêtes, jusqu’en juin 2010, vous la retrouverez en concert le Mercredi 5 mai à 20h avec le pianiste-arrangeur Damien Argentieri, le contrebassiste Fabricio Nicolas, le batteur Thierry Le Gall, l’accordéoniste Christian Toucas, la violoniste Eve-Marie Bodet et en invité Lulendo à la voix, aux likembés et à la guitare… Pour finir, vous assisterez à la projection du court-métrage de Sylvie Bayonne “Hexagram 27”.

BIOGRAPHIE

Mamia Chérif swingue à l’orientale

Le parcours musical de Mamia Chérif est une exploration minutieuse qui, entre sons et émotions , donne valeur initiatique à sa musique .

Mamia (chanteuse, auteur, compositeur) est née à Lille dans le nord de la France de parents algériens, elle chante en arabe et se raconte en français.

Pour Mamia, passer d’une langue à une autre, glisser d’un rythme à un autre, croiser sonorités d’orient et d’occident, c’est dire ses propres métamorphoses et la dualité féconde qui la constitue.

Elle parle de la douleur du déracinement dans « Algérie j’en pleure » ou « Silence des mots ». Dans « Couscous Béchamel », au-delà de la souffrance, elle affirme aussi la force joyeuse née de l’appartenance à deux cultures.

Enfin, c’est en adaptant « Caravan » de Duke Ellington ou « les Feuilles Mortes » de Prévert et Kosma qu’elle trouve sa liberté pour chanter l’amour. Le jazz, c’est par la danse (be-bop acrobatique) qu’elle l’a découvert et c’est en adaptant les standards du jazz en arabe, qu’elle a retrouvé ses racines.

C’est tout naturellement que le jazz appelle le raï. « Pour moi, le jazz et le raï ont en commun le blues, nous dit Mamia Chérif.

Avant d’être galvaudé, le raï portait une opinion, des idées. Il racontait la vie ».

Mamia Chérif, appelle son style : « raï acoustique ». Il se tient résolument à la croisée des chemins du jazz et du raï. Il est la cristallisation de musiques, de compositions et d’adaptations où les univers africain, européen, américain mêlent leurs racines, confrontent leurs différences, affirment leurs singularités pour mieux se fondre en harmonie.

Mamia Cherif, Double vie (Créa Productions)

Mamia Chérif, « Double vie » c’est un sextet.

Son orchestre mélange les percussions maghrébines (Amar Chaoui),

la basse (Christian Duperray),

au piano (Damien Argentieri),

le violon (Eve-Marie Bodet),

les percussions d’ambiance (Khirredine Medjoubi),

et en invités, la trompette orientale d’Ibrahim Maalouf,

l’accordéoniste Christian Toucas.

Contact: “La voix juste”

41, rue de la Chine – 75020 Paris

Tel : 01 43 15 05 76

www.myspace.com/mamiacherif

www.mamiacherif.com

Radio Hchicha

mai 2nd, 2010

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *