Les artistes sud-africains remontés contre la FIFA

Ignorés pour le concert d’ouverture du Mondial.

Themba Mhlongo raconte le concert d’ouverture du Mondial jeudi 10 juin, au stade Orlando.

« C’est l’hiver à Johannesburg et les footballeurs ne sont pas les seuls à s’échauffer. Les artistes sud-africains sont remontés contre la Fédération internationale de football (FIFA). Ils ne se remettent pas d’avoir été ignorés pour le concert d’ouverture du Mondial, jeudi 10 juin, au stade Orlando, l’autre grand stade de Soweto. Le syndicat des artistes avait appelé au boycott. Pour le principe, vu que toutes les places étaient déjà vendues.

Je ne leur donne pas tort. Surtout sur le prix des places. Les moins chères étaient à 450 rands (50 euros) et ça montait à 1 500 rands (160 euros) si tu voulais sentir le souffle de Shakira qui chantait l’hymne officiel du Mondial. Autant que ce que la majorité des gens de ce pays gagne par mois.

Quand la distribution du concert a été annoncée en début d’année, il n’y avait que trois groupes sud-africains parmi les onze programmés. Les artistes locaux, y compris ceux sélectionnés, avaient réclamé de rencontrer la FIFA. Si elle n’allongeait pas la liste des artistes africains dans la distribution, ils voulaient lancer un concert rival gratuit à Soweto. Ils ont même pensé un moment appeler la soirée « Fuck FIFA ».

Finalement, la Fédération a fait quelques concessions. La FIFA a commencé le concert quatre heures plus tôt pour caser une poignée d’artistes sud-africains supplémentaires. A part ça, la retransmission a été maintenue à 20 heures. La première partie n’a pas eu droit aux caméras.
Il n’y avait en effet pas grand monde de Soweto dans le public. »

Themba Mhlongo, 37 ans, travaille dans une galerie d’art de Johannesburg. Fan de foot, il raconte au Monde, deux fois par semaine, comment le Mondial est suivi par les habitants de Soweto.

source : Extraits de l’article de Themba Mhlongo paru dans Le Monde du 13 et 14 juin

Via http://www.africultures.com/php/index.php?nav=murmure&no=5957

Des femmes subsahariennes arrêtées et violentées au Maroc

Rapport de Médecins sans frontièresjuin 2010.
http://www.msf.fr/?page=publications&section=10&cat=10&id=355

Des femmes subsahariennes arrêtées et violentées au Maroc. Au cours de leur transit pour gagner l’Europe, les femmes subsahariennes sont maltraitées au Maroc, où elles subissent notamment des violences sexuelles, comme le révèle un document de Médecins sans frontières, établi sur la base des cas pris en charge par cette organisation médico-humanitaire.

Devant le nombre de plus en plus croissant de femmes victimes, soixante-trois, révélé par les données et témoignages recueillis lors de ses projets d’action médico-humanitaire, Médecins sans frontières veut contribuer à la recherche d’une réponse globale à cette problématique qui touche toujours plus de femmes, et des femmes de plus en plus jeunes.

Le rapport réalisé par MSF a pour but de faire connaître « la problématique de la violence sexuelle subie par les femmes migrantes d’origine subsaharienne qui arrivent au Maroc » au cours de leur tentative alors de gagner l’Europe.

Parmi les conséquences directes des sévères politiques d’immigration européennes, Médecins sans frontières fait remarquer que les populations subsahariennes candidates sont désormais dans l’obligation de s’embarquer dans des voyages de plus en plus longs et dangereux en la difficulté à utiliser les routes traditionnelles en raison des contrôles stricts aux frontières. Elles sont, par ailleurs, exposées à une situation de blocage à durée indéterminée au Maroc en raison tant de leur impossibilité de continuer vers l’Europe que de rentrer dans leur pays d’origine.

En l’absence de chiffres officiels, MSF estime, sur la base d’un recensement réalisé en janvier 2010, que le nombre actuel de migrants sub-sahariens au Maroc s’élève à 4 500. Les filles et les jeunes femmes sont particulièrement exposées à toutes sortes de violence et d’abus au cours du voyage et à leur arrivée au Maroc.

Les criminels communs et les réseaux de traite et trafic d’êtres humains, en tant que principaux auteurs de ces attaques contre l’intégrité physique et la dignité des femmes, selon la même source.
Même si peu de femmes osent parler des agressions qu’elles ont subies et encore moins les dénoncer, mais on devine, suite aux informations recueillies par MSF, un phénomène aux proportions immenses, qui requiert une approche immédiate et audacieuse sur le plan institutionnel, national et international, afin de fournir une prise en charge adéquate aux victimes. Ceci étant, les cas de violence sexuelle traités dans les projets sont une constante et une augmentation progressive a été enregistrée à partir de juillet 2009, ce qui démontre une tendance alarmante.

Entre mai 2009 et janvier 2010, une femme sur trois prise en charge par MSF à Rabat et Casablanca a admis avoir subi un ou plusieurs épisodes de violence sexuelle, que ce soit dans son pays d’origine, pendant le processus de migration ou une fois sur le territoire marocain. Les femmes MSS sont majoritairement originaires de la République démocratique du Congo (RDC), principalement des zones les plus touchées par le conflit armé, et du Nigeria ; elles appartiennent majoritairement aux ethnies Ibo et Yoruba, celles qui sont le plus exclues du partage des richesses de ce pays. Elles viennent aussi notamment du Cameroun, du Congo-Brazzaville, de la Côte d’Ivoire et de la République centrafricaine (RCA).

Médecins sans frontières est un témoin direct de l’impact de la violence sexuelle sur les femmes migrantes sub-sahariennes depuis leur lieu d’origine jusqu’à leur séjour obligé au Maroc et de l’impact considérable sur leur santé physique et affective. Bien qu’au Maroc, depuis quelques années, la lutte contre la violence domestique et sexuelle est devenue une priorité, comme l’indiquent les différentes mesures adoptées par certains départements ministériels en collaboration avec les associations locales, les chiffres sont là pour montrer l’aggravation de la situation.

Rapport d’une dizaine de pages téléchargeable sur le site d’MSF.

Via http://www.africultures.com/php/index.php?nav=murmure&no=5948

La 4ème édition du Festival Rabat Africa – 18 au 21 Juin 2010

La Fondation Orient Occident organise la quatrième Edition du FESTIVAL RABAT AFRICA à Rabat, Centre Yacoub El Mansour, du 18 au 21 Juin 2010. Ce festival sera l’occasion de réunir dans une ambiance festive des artistes venus d’Afrique et d’ailleurs pour nous faire partager la richesse de ce continent.

Des artistes venus du Congo, du Sénégal et du Suisse entre autres, se joignent aux troupes marocaines pour réaliser des fusions et partager le temps du festival leur goût pour le rythme, la musique et la danse.

– Nass El Ghiwan
– Maître Gnaoui Kasri
– Africa Djambé
– Africanamusic
– Assigoum
– Roxane Butterfly et Xumo Nounjio
– Camaxe
– Lassana Coulibally
– Halima hamdan
– Hosin et God Wind
– Mescala
– Mad Manoush
– Matissa
– Macomba
– Pierres Sacrées
– Diachari Poudiougo
– Anabel Rosado
– Taîfa Aîssaouia
– Tarab y Duende

Lectures, concerts, spectacles de danse, théâtre, et expositions réunis grâce à des partenaires toujours fidèles (HCR, Instituts, Associations) sont autant de moments de partage et de fête.

Tout particulièrement impliquée dans le combat que représente l’insertion de la population sub-saharienne au Maroc et engagée quotidiennement à ses côtés dans le cadre de ses centres d’accueil, la Fondation Orient Occident réaffirme sa présence solidaire dans l’aide aux migrants africains. cette manifestation entend valoriser la culture africaine et lui rendre la place qu’elle mérite. Après des siècles d’esclavage et des parcours extrêmement difficiles pour les réfugiés, il est tant de faire une place à l’art africain et à ses talents.

Dans le cadre de ce festival et par le biais de diverses représentations artistiques, la Fondation Orient Occident aidée de ses partenaires, montre une fois encore que la culture est universelle et porteuse d’égalité entre les Hommes.

Le programme 2010 (PDF)

Infos: http://fondation.orient-occident.org

RadioHchicha.COM under attack !

Bonjour cher auditeurs,

Justse vous informer que votre radio préférée 🙂 a été la cible de plusieurs attaques web visant à la faire disparaitre. Nous ignorons les motivations des personnes qui ont fait cela, mais nous maitrisons totalement la situation technique 😉

Pas de panique , tout va bien !!!

RadioHchicha is alive donc et nous continuerons à diffuser non stop notre musiques et nos émissions. Le site est 100% opérationnel et les flux musicaux aussi.

Nous nous excusons auprès de vous pour cette situation désagréable et surtout n’hésitez pas à nous dire votre avis et autres sentiments en rapport avec cette attaque.

nb: Notre équipe vous prépare de nombreuses surprises pour les jours à venir, notamment la mise en place d’émissions de direct avec des invités à qui les auditeurs peuvent poser leurs questions. Restez donc branchez, le plus beau est devant nous 😉

L’ikip RadioHchicha.COM