Chroniques

FESTIVAL DE LA MUSIQUE DIWAN Le rendez-vous à ne pas manquer!

FESTIVAL DE LA MUSIQUE DIWAN Le rendez-vous à ne pas manquer!

Cette année encore ce festival aura à accueillir des artistes de grand talent.

Pour sa troisième édition qui se tiendra du 15 au 20 juillet prochain, les organisateurs du Festival culturel international de la musique diwan ont concocté pour leur public un programme riche et diversifié. De nombreux concerts, conférences, projections, expositions et même ateliers ont été prévus au grand bonheur des habitués de cette manifestation culturelle. Le Festival de la musique diwan à Alger investira, cette année encore, le Théâtre de verdure du bois des Arcades.

Au bout de trois ans, cet événement est devenu un rendez-vous culturel incontournable. Côté musique, les mélomanes ne seront pas déçus cet été. En effet, la programmation est riche en talents avec la présence, entre autres, Noudjoum Eddiwane et Nasmat El Djanoub de (l’Algérie), Woz Kaly du Sénégal, Bebey Prince Bissongo du Burkina et Tinariwen du Mali. L’une des plus grandes stars que le festival verra défiler est sans nul doute la chanteuse malienne, Oumou Sangaré. Venue en Algérie pour y animer un concert organisé par le Centre culturel français d’Alger, il y a quelques mois, la lauréate du Prix de la musique de l’Unesco (Conseil international de la musique), sera de retour le 15 juillet prochain sur les planches du Théâtre de verdure du bois des Arcades pour l’ouverture du Festival culturel international de la musique diwan avec des musiciens algériens de Ouled Haussa. Tous les concerts prévus dans le cadre du festival, débuteront à partir de 20h30.

Dans la matinée, des master class sont prévus pour les jeunes artistes. Ceux-ci seront animés par des musiciens et des chanteurs invités dans le cadre de cette manifestation. L’atelier dédié à la guitare sera animé le 17 juillet par le Serbe Nenad Gajin et le 18 juillet par Amrat Hussain qui vient de l’Inde. L’atelier de percussion sera tenu le 19 et le 20 juillet avec le groupe Bebey Prince Bissongo Burkina Faso et le Maâlem Mustapha Bakbou du Maroc. Quatre conférences seront organisées à la salle Frantz-Fanon de Riad El Feth dans le cadre de ce festival. Parmi les thèmes qui seront débattus lors de ces rencontres, l’on citera: le rite de la nechra ou du tehoual, il s’agit d’une danse thérapeutique traditionnelle féminine. «Cette danse s’exécute au sein du sanctuaire des Ouasfane, Dar Diwan. C’est une pratique ancestrale qui consiste à soumettre le corps à une rude épreuve physique. Le corps est fortement secoué sous la cadence de la musique, des chants et déclamations, jusqu’à l’aboutissement à la transe…», lit-on, concernant cette rencontre, dans un communiqué envoyé par les organisateurs.

L’impact de la musique et de l’oralité d’Afrique dans le monde est le sujet d’une autre rencontre qui sera présenté par Mouni Djekrif, une universitaire de Constantine. Nadir Djama participera également à cet événement avec une exposition sous le thème de la «Musique africaine» au Centre des arts de Riad El Feth. Toutes les oeuvres cinématographiques qui seront projetées à partir du 16 juillet à la salle Ibn Zeydoun sont des films documentaires abordant essentiellement la musique gnawa et africaine. Le premier documentaire qui sera présenté est celui de Samia Chala et Sid Ahmed Semiane, produit en 2008. Parmi les cinq projections prévues la semaine prochaine au cours du festival: Transes gnaoua: Un rituel de guérison à essaouira de Eliane Azoulay ou encore 16h00 L’Afrique danse et Alger rit de Ali Akika. Toutes les projections seront suivies par des rencontres avec les réalisateurs.

Hadjer GUENANFA

Radio Hchicha

juillet 14th, 2010

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *