Chroniques

Lettre ouverte aux autorités françaises (à propos de SAS)

Lettre ouverte aux autorités françaises (à propos de SAS)

Lettre ouverte aux autorités françaises de Malek Bensmaïl, cinéaste Suivi d’un texte de Sid Ahmed Semiane

Sid Ahmed Semiane, plus connu sous le sigle de SAS est un auteur, romancier, chroniqueur algérien d’une grande érudition. Il a écrit courageusement durant la décennie noire. Auteur de livres édités en Algérie et en France (Barezakh, La Découverte…), « Sid Ahmed Semiane nous a aidé à déchiffrer le désordre algérien qui désespère tant avec ces mots tranchants, terribles : « torture, disparus, généraux, émeutes, morts, intrigues, misère, terrorisme… Mais d’autres mots affleurent : rêve, jeunesse, espoir, tendresse, démocratie, liberté… »

Démocratie et liberté ? ! Et bien cet auteur talentueux devait venir à Paris ce 13 octobre, invité par la galerie Art’est (soutenue par la Mairie de Paris) pour le vernissage de sa merveilleuse exposition de photographies intitulée : « la pendaison des maillots »(2). Le Consulat Général de France à Alger en a décidé autrement et ne lui a pas octroyé le visa ainsi qu’à son épouse Katia également invitée. Un visa refusé deux fois de suite en quelques mois et cela malgré une lettre de recommandation de l’attaché culturel de l’Ambassade de France et l’invitation officielle de la galerie Art’est à Paris, l’enfermant pour ainsi dire chez lui, à Alger où il a dû assister pour la seconde fois au vernissage de son exposition, par l’intermédiaire de Skype. Nous avons ressenti une profonde tristesse face à cette injustice et réellement un sentiment de honte !

Nous sommes extrêmement préoccupés par ces refus et cet acharnement de l’administration française devant un auteur algérien, un intellectuel connu et reconnu, qui s’est toujours battu et qui n’a sans cesse écrit et défendu la démocratie et la liberté d’expression. Au-delà de la personne de Sid Ahmed Semiane qui ne me semble pas être le prototype d’un harraga (1), est-ce une manière de traiter la pensée, l’art, la création, voir même un partenariat culturel digne de ce nom, entre nos deux pays ? Vous lirez le texte de désarroi du photographe ci-dessous.

Nous en appelons d’urgence aux autorités françaises compétentes pour que l’on délivre un visa à Sid Ahmed Semiane et à son épouse Katia. Qu’ils puissent enfin voyager librement !

Malek Bensmaïl

Texte de Sid Ahmed Semiane (3)

Mes amis,

Merci d’être venus à mon exposition « la pendaison des maillots ». J’aurais tant aimé partager ce moment avec vous. Mais les embûches administratives et politiques, additionnées aux tracasseries d’une ignoble bureaucratie m’en ont empêché. C’est la deuxième fois que les autorités françaises me refusent un visa. La froideur inhumaine de l’administration en a décidé ainsi.

J’ignore les raisons d’un tel acharnement. Et je refuse de l’expliquer. Parce que l’expliquer c’est déjà le justifier.

Je ne vais pas me lancer dans un discours ennuyeux et pathétique, mais je tenais juste à vous dire une chose :

Avant c’était nos sales dictatures qui nous empêchaient de sortir, en nous imposant l’humiliante autorisation de sortie. Aujourd’hui, ce sont vos belles démocraties qui nous empêchent de le faire.

Quand des démocraties et des dictatures peuvent à un moment donné de l’histoire se croiser, quand elles peuvent – par un paradoxal dérèglement de la raison – se toucher des doigts et se donner la main, c’est tout simplement un effondrement des sens et de l’éthique.

Sid Ahmed Semiane

Signataires de la lettre

Au jour du 20 octobre, plus d’une centaine de personnes ont signé la pétition. Voici quelques-uns des signataires :

Malek Bensmaïl, cinéaste.
Sid Ahmed Agoumi, comédien.
Lyès Salem, cinéaste
Cédric Klapisch, réalisateur et scénariste
Dominique Cabrera, cinéaste
Georges Morin, auteur et président de l’association Coup de Soleil
Mohammed Fellag, comédien
Ariane Ascarides, comédienne
Nils Andersson, éditeur, co-président de l’Association pour la défense du droit
international humanitaire (ADIF)
François Geze, éditeur
Claude Taleb, vice président de la Région Haute Normandie
Jacques Fath, Membre du Comité exécutif national du PCF
Ahmed Djebbar, professeur Emérite de l’Université de Lille 1.
Jacques Kirsner, producteur de cinéma
Philippe Avril, producteur de cinéma.
Isabelle Madelaine, productrice
Bourlem Guerdjou, réalisateur, scénariste
Karim Traidia cinéaste.
Tariq Teguia, cinéaste.
Jean-Philippe Tessé, Les Cahiers du cinéma
Jérôme Baron, directeur artistique, Festival des 3 Continents
Guy Darcourt, professeur de psychiatrie
Dalila Morsly, universitaire
Jean-Pierre Mast, SCAM, société civile des auteurs multimédias
Sylvie Thénault, historienne
Akira Mizubayachi, auteur
Sanchez Audrey, assistante de production.
Meryl Moine, coordinatrice association des documentaristes, ADDOC
Matthieu Bretaud, chef monteur.
Hassen Ferhani, assistant-réalisateur.
Amine Khaled, doctorant
Lionel Yan Kerguistel, directeur de la photographie
Claire Veille, directrice de production
Maissa Bey, auteure
Kheireddine Lardjam, metteur en scène
Zeina Berrahal responsable cooperation Maghreb, TV5 Monde
Selma et Sofiane, Editions Barzakh
Salah Gaoua, comédien
Wahiba Khiari, auteure
Hélène Taglioni, coordinateur, Institut national d’Histoire de l’Art à Paris
Ali Silem, artiste-peintre
Katia Kameli, artiste

—————————–
1. Harraga : Brûleur de papiers, de frontières, candidat à l’exil…
2. Exposition « La Pendaison des maillots », du 5 octobre ou 5 novembre 2010 à la Galerie Art’est, 96 rue Quincampoix 75003 Paris
3. Ce texte a été lu pendant le vernissage mercredi 13 octobre.

http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=9772

Radio Hchicha

octobre 20th, 2010

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *