Chroniques

Wall Street : L’argent ne dort jamais

Wall Street : L’argent ne dort jamais

Pour ceux qui ont aimé le film sortie en 1987, voilà la suite 23 ans plus tard toujours avec Michael Douglas, vieux mais toujours aussi beau et convainquant, jouant au coté de Shia LeBoeuf un rôle moralisant accrocheur… mais!

Synopsis : Wall Street, New York : en plein krach boursier de 2008, un jeune trader, Jacob Moore (super bien joué par Shia LeBoeuf), est prêt à tout pour venger son mentor, que d’obscures tractations financières ont poussé au suicide. Il demande de l’aide à Gordon (Le rôle classique confié ni plus ni moins au détenteur de l’oscar grâce au même film 23 ans plutôt; Michael Douglas bien sur)

Je ne dévoilerais rien du film, pour ne rien gâcher à ceux qui ne l’ont toujours pas vu et qui voudraient le voir. Mais, je souhaite apporter un point de vue qui échapperait peut être à plusieurs au long du film. Je n’ai malheureusement pas pu m’empêcher de me concentrer dessus, ce qui m’a laissé un arrière gout de déception vers la fin.

Un film psychologique qui aurait dû sérieusement prendre la tête puis finir avec une révélation lumineuse ! Non ce n’était pas le cas. Ce film est plus une histoire d’une famille, ou notre histoire à tous qui essayons de survivre aux déboires des règles capitalistes. Je m’attendais peut être à un peu gros, quand vers le début on dévoilait les attrapes monétaires qui appauvrissent. Je me suis dis : oui enfin quelqu’un croit en la révolution naturelle, équitable, celle qui va prendre le dessus. Mais le film fut beaucoup plus réaliste que moi.

L’époque du capitalisme écrasant est finie, puisque le socialisme est à la mode, mais l’argent comme il ne dort jamais, il est misé, et oui sur le socialisme, et c’est exactement ce que nous vivons.

Je fais partie de ceux qui espèrent que le système capitaliste chute un jour, mais au profit de quoi, de qui, le socialisme ? Dans le film on voit très bien comment l’un a besoin de l’autre, du coup je suis perdue, je ne sais plus en quoi croire. La nature serait elle le troisième choix, et puis quelles sont ses règles ? Faudrait il les établir, si oui, ça ne sera plus naturel, et nous serions obligés de construire des règles de montés et de chutes qui dépendront d’un autre système équilibrant l’avancée et recréant ainsi la controverse à deux pôles. Rebelote !

Personnellement je pense souvent à l’argent qui se crée grâce à l’argent qui n’existe pas, puis celui qui se fait grâce à l’assurance contre la perte de celui qui se crée grâce à celui qui n’existe toujours pas. C’est fou quand même, on est une bande d’arnaqués. Puis je reviens toujours à mon premier choc, ma première confrontation à ce système sans tête ni queue aussi vivant que vous et moi, qui n’a pourtant ni chaire ni os. C’était je me rappelle la première fois que mon banquier me parlait de l’assurance vie ! Je n’avais rien saisi au sens même de cette « assurance » de la « vie » On est tous supposés mourir non, alors pourquoi assurer quelque chose d’inassurable ? En posant la question à mon banquier il m’a parlé de frais de funérailles et d’argent que je laisserais à ma famille, mes enfants. Oups, là il avait commencé à m’atteindre, mais sans vraiment me convaincre. Je n’ai jamais eu d’assurance vie, et je n’en aurais jamais. Parce qu’on paye même le bout de terre dans lequel on est enterrés que je dois m’angoisser chaque fin de moi pour un montant qui me rappelle une mort dont je ne serais même pas le témoin. Une idée qui éloignera plus ma famille et mes enfants du sens naturel de la vie ? NON jamais !

On ne parle pas de ce genre d’arnaques dans le film, on parle des plus évidentes, celles qui font couler la bourse à coup d’incertitudes, car la mort elle, elle est certaine. On explique que la vie est coincée dans cette merde qui est l’amante de tous être humain, on nous dit profitez, parce que vous faites ce dont vous êtes victimes.

Je m’attendais à une prise de tête, je suis sortie avec un chagrin. Le film était bon, les acteurs excellents, de la réflexion basique et beaucoup de sentiments, idéal pour une premier rendez vous. Il n’aurait certes pas été un documentaire, mais il dévie de la catégorie psychologique, bien qu’il pousse ne serait ce qu’un petit peu à réfléchir…

UnAvis pour RadioHchicha.COM

Radio Hchicha

octobre 11th, 2010

Vos Commentaires

One Comment

  1. Bonjour, j’ai bien apprecie cet article et j’en profite egalement pour proposer une ressource precieuse qui explique comment reconnaitre un faux polo Lacoste : Faux Lacoste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *