83ème émission ELGAADA du 20 11 2010

Ecoutez en podcast la 83ème Gaada, avec au programme de la bonne musique d’ici et de la_bas.

Mmmm … Kach chems, kach M-ter ? :))

 

| Open Player in New Window

Bonne écoute les amis et surtout n’oubliez pas que EL GAADA va fêter ce samedi « EN LIVE » 04/12 à 17h30 ses 2 années d’existence … ghadi ngalbouuuuha 😉

Une émission en direct très très spéciale ce samedi, on va fêter ensemble notre 2ème anniversaire, il y aura des invités, les meilleurs chansons qu’on a passé cette année, pleins de best of On va bien rigoler nchallah
Vous pouvez nous appeler en direct partout dans le monde 😉 même si vous ne nous captez pas en direct entre 17h30 et 19h sur les 2 numéros 038863057 ou 038863006

Vous pouvez des maintenant nous suggérer des titres.

Alors à ce samedi nchallah pour faire la fête ensemble

http://www.facebook.com/event.php?eid=144469538938387&ref=mf

الفنان عبدالله عشيني يضرب عن الطعام داخل السجن

Abdullah Ashini, chanteur amazigh libyen, vient d’entamer une grève de la faim illimitée dans sa cellule. Il proteste ainsi contre sa condamnation, par un tribunal libyen, à cinq ans d’emprisonnement pour une prétendue affaire d’immigration clandestine, dont il a toujours clamé son innocence.

Le seul crime de ce grand artiste est de chanter en langue amazigh ( Berbère ) et notamment d’avoir participé au festival de la chanson amazighe de Las Palmas aux Iles Canaries, il y a deux ans !

Les autorités libyennes lui ont, par la suite, retiré son passeport et l’ont empêché de particper au festival de la chanson méditerranienne de Tanger au Maroc.

Depuis, il n’a même plus le droit d’enregistrer ses albums en Libye, au motif qu’il chante dans une autre langue que l’Arabe ! La Libye est tenue, comme tout autre pays du monde, de respecter ses obligations en matière de droits de l’homme.

En conséquence, nous, signataires de cette pétition, appelons les organes compétents de l’ONU, de l’UA, de l’UE ainsi que les ONG internationales de défense des droits de l’homme à intervenir, et dans les plus brefs délais, auprès de l’Etat libyen, pour exiger la libération immédate et sans condition de Abdullah Ashini.

http://lapetition.be/en-ligne/petition-8771.html

الفنان الليبي عبدالله عشيني يبدأ إضرابا مفتوحا عن الطعام داخل أحد السجون بالمنطقة الغربية و ذلك احتجاجا على عقوبة السجن الجائر التي يتعرض لها , و قال عشيني الذي حكم عليه بخمسة سنوات سجن بدعوى اتهامه في التجارة بالهجرة غير الشرعية ” إن القاضي كان قد حكم عليه بالبراءة في الحكم الأول تم تغير الحكم إلى السجن بخمسة سنوات ” , هذا و قد أبدى عشيني اعتراضه على تغيير الحكم الذي أصدره القاضي , مشيرا الي التخبط الذي وقع فيه القضاء الذي يكيل بأكثر من مكيال في قضية أكد عشيني أكثر من مرة انه بريئ منها , و تأتي خطوة دخوله في إضرابا مفتوحا عن الطعام للفت انتباه المنظمات الإنسانية و الحقوقية إلى الحكم التعسفي الجائر الذي يتعرض له من قضاء قال عنه ” انه ليس نزيه ” .

الجدير بالذكر إن الفنان عشيني كان ممنوعا من السفر و قد سحبت السلطات الأمنية الليبية جواز سفره عقب مشاركته في مهرجان الأغنية الامازيغية الذي شهدته لاس بالماس بجزر الكناريا قبل أزيد من عامين , كما منعته سلطات أمن مطار طرابلس من السفر صحبة فرقته الموسيقية التي كانت تعتزم المشاركة في مهرجان طنجة للأغنية المتوسطية عقب دعوة رسمية وجهت إليه من لجنة المهرجان , هذا و قد منعت السلطات تسجيل أغانيه على شريط أسوة بكل الفنانين الليبيين بدعوى انه يغني باللغة الأمازيغية و ليست العربية
.

تاسفيفت نـ ؤمارير عبد الله عشيني (تاماگيت)

شرئط الفنان عبد الله عشيني (تاماگيت / الهوية)

via http://www.tawalt.com/?p=16529&cpage=1#comment-1089

Libyan artist known as Abdullah Ashini indefinite hunger strike inside a Prisons and to protest against the unjust sentence of imprisonment which is exposed , Ashini who was sentenced to five years in prison on alleged charges in Trade of illegal immigration, \\\”the judge had sentenced him in acquittal The first verdict was changed the sentence to five years in prison, \\\”and this has shown Ashini Objection to change the judge\\\’s decision, pointing out the confusion that occurred

the hunger strike to draw attention of Humanitarian organizations and human rights to the arbitrary rule unfair of people

It is worth mentioning that the artist Ashini was banned from travel and authorities have been withdrawn

Libyan security of his passport following his participation in the Song Festival Amazigh Witnessed in Las Palmas, Canary Islands before more than two years, and security authorities prevented him

And this has prevented the authorities on a tape recording of his songs like all artists Libyans because he was singing in the Amazigh language and not Arabic !

Plus d’infos sur http://www.facebook.com/pages/Abdullah-Ashini/156351461068001

KARIM ZIAD & HAMID EL KASRI, Yobadi

KARIM ZIAD & HAMID EL KASRI, Yobadi, Accords Croisés/Harmonia Mundi

Et voilà encore un autre disque sous le signe de la musique gnawa. Nous vous avons présenté le percussioniste algérien Karim Ziad en septembre 2007, à l’occasion de la parution de son album “Dawi” (Intuition music), et l’artiste qétait également au centre du disque “Gnawa home songs”, réalisé par l’ethnomusicologue Emmanuelle Honorin, (Accords croisés) sorti la même année.

Cet artiste kabyle, donc berbère, qui vit désormais en France, est l’un des co-directeurs artistiques du Festival d’Essaouira de musiques gnawas, créé en 1999. Il dialogue ici avec le maître gnaoui Hamid El Kasri, l’un des grands artistes marocains du genre – les deux artistes se sont souvent produits ensemble sur scène.

“Yobadi” veut dire “les amis” en bambara, et là non plus, le clin d’oeil à la culture malienne n’est pas fortuit: car les gnawas revendiquent leurs racines sub-sahariennes, du temps pré-colonial où il n’y avait pas de frontières entre le Mali, la Guinée (d’où les gnawas tirent leur nom), le Maroc ou l’Algérie, et où le bambara, lingua franca des commerçants sahariens, était parlé dans une vaste zone reliant Afrique du Nord et sub-saharienne…

Le disque s’ouvre sur une incantation religieuse: “La ilah illa Allah” – “Il n’y a de dieu que Dieu” – pour nous rappeler que la musique gnawa, si elle est à la mode aujourd’hui, est à l’origine une musique sacrée. Et les sons des guitares électriques, tout comme les rythmes actuels de rock et de blues, se greffent bientôt sur les voix pour accompagner tout naturellement ces chants religieux musulmans en arabe.

Karim Ziad a accompagné Cheb Mami, Joe Zawinul, Takfarinas ou Aït-Menguellet. Jeune, il aimait Chick Corea ou le Weather Report. Toutes ces préférences – et un net esprit jazz – transparaissent dans ce disque, où, avec Hamid El Kasri, les deux artistes se sont entourés de musiciens aussi divers que Bojan Z au piano, Jacques Schwarz-Bart au saxophone, Nguyen Lê à la guitare électrique, ou encore Chris Jenning à la contrebasse, pour ne citer que ceux-là.

Un disque qui porte toute l’énergie de l’Afrique, et qui séduira tous les amoureux de ces musiques faites pour emporter jusqu’à la transe par leurs rythmes frénétiques qui deviennent vite hypnotiques, drogues tout à fait naturelles, à consommer sans modération…

www.festival-gnaoua.net

Via www.babelmed.net