Chroniques

Les «Jaristes» enflamment le Théâtre régional d’Oran

Les «Jaristes» enflamment le Théâtre régional d’Oran

CLÔTURE DU MOIS DU PATRIMOINE.

Ce qui fait la spécificité des Jaristes est l’introduction du violon dans le style gnawi caractérisé, tel que connu, par la prédominance du guembri et du karkabou.

«Nous projetons l’enregistrement, dans les studios du SDH, d’un album dans le style gnawi-celtico-kabyle, a annoncé le vocaliste-guitariste de la troupe «Les Jaristes», Omar Hamouche. En attendant sa concrétisation, les membres de cette troupe, appartenant à l’association Santé Sidi El Houari, promettent de donner un grand spectacle, prévu au conservatoire Ahmed- Wahby, le 11 juin prochain.

Les Jaristes est cette troupe, composée de 7 jeunes artistes polyvalents, qui ont enflammé, vendredi après-midi, les planches, le parterre et les trois balcons du Théâtre régional Abdelkader-Alloula d’Oran et ce, à l’occasion de la clôture de la célébration du Mois du patrimoine. L’appellation Jaristes est tirée du sigle «JARE» qui, selon son concepteur, veut dire Jeune, Action, Responsable et Espoir.

Les Jaristes ne sont pas tombés du ciel ni atterri par effraction dans le domaine de l’art, ils sont constitués, dans leur majorité, d’étudiants universitaires, fins connaisseurs de la musique et de ses règles.
Dans le spectacle qu’ils ont donné, les Jaristes sont allés droit au but en rivalisant avec les plus grandes troupes du gnawi. Une fois sur scène, le vocaliste-guitariste de la troupe a annoncé la couleur en faisant sienne la célèbre inhtroduction de Kateb Amazigh. «Rakoum Hna?» a-t-il lancé à plusieurs centaines de spectateurs. Après avoir rendu de vibrants hommages au Prophète (QSSSL), aux saints patrons de la région, tel qu’exigé par le chant gnawi, les membres de la jeune troupe sont passés à l’action en chauffant, sans attendre, les spectateurs et ce, en interprétant les différents airs des diwanes d’une musique en évolution, le gnawi.

Dans leur prestation, les Jaristes ont repris des chansons qui ont fait, pendant de longues années, le bonheur et le succès fou de la défunte et célèbre troupe Amarna de Sidi Bel Abbès et de Cheb Khaled. Les Jaristes, eux aussi, ne font pas dans l’improvisation; toute note est, pour eux, longuement étudiée avant de la placer à proprement parler, dans leur composition.
Mais ce qui fait la spécificité des Jaristes est l’introduction du violon dans le style gnawi, musique caractérisée, telle que connue, par la prédominance du guembri et du karkabou.

Les spectateurs, eux, n’ont pas hésité à se rendre en nombre au théâtre régional, le but étant, contre toute attente, de soutenir ces jeunes en passe de bouleverser le paysage artistique et musical d’une région qui s’identifie de façon incroyable avec la musique au verbe cru et direct, le raï.
Le concert était consacré à la clôture de la célébration du Mois du patrimoine. L’association Santé Sidi El Houari a, comme à son accoutumée, prévu un programme riche et varié.

Avant que les Jaristes ne prennent le relais, un film documentaire retraçant les différentes actions qui ont été menées pendant les 30 jours de célébration, a été présenté. Toute la carte patrimoniale est passée, à commencer par la simulation d’un mariage fidèle à la tradition de la ville de Nedroma relevant de la wilaya de Tlemcen.
Au total, huit activités culturelles et pédagogiques d’envergure ont été élaborées et mises en oeuvre par l’association Santé El Houari.

Au menu, on y trouve des visites guidées sur des sites historiques, conférences- débats, actions de bénévolat, en particulier les opérations de nettoyage du cimetière de Sidi El Houari.

Dans cette escale, une vieille femme exhorte, les larmes aux yeux, les riverains du cimetière de Sidi El Houari à respecter les lieux de sépulture. Les membres de l’association Santé Sidi El Houari semblent avoir réussi le pari et cela, en accueillant pompeusement, jeudi dernier, le «Magic» Bougherra.

Dans son intervention de clôture, le président de l’association, Kamel Brikci, dira que «le quartier de Sidi El Houari, qui est tellement beau, mérite autant d’égards et de respect».

Wahib AÏT OUAKLI
23 Mai 2011

—————————

LES JARISTES sur Facebook https://www.facebook.com/pages/JARISTES/107579629330020

Radio Hchicha

mai 23rd, 2011

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *