Chroniques

Melting-pot musical à Casablanca

Melting-pot musical à Casablanca

Le festival de Casablanca promet de belles découvertes et des rencontres fortes avec de jeunes talents et des stars mondiales, pour cette septième édition placée sous le signe d’échanges pluridisciplinaires, du 13 au 16 juillet.

La ville blanche est à redécouvrir au rythme de la musique et de la danse sous des influences chaâbi, soul et raï. Un festival d’artistes de renom vont en effet se succéder sur les quatre scènes casablancaises durant quatre jours : sur la place Rachidi, à El Hank, à Bernoussi et à Ben M’Sick.

Star planétaire des moins de vingt ans, qui vient tout juste de finir un film où il tient le haut de l’affiche aux côtés de Robert De Niro et Al Pacino, 50 Cent ! Son mètre quatre-vingt dix de talent, ses tubes devenus de véritables légendes du son hip-hop enflammeront la scène de la Corniche El Hank le 16 juillet prochain. Autre pépite musicale qui débarquera tout droit de la nation arc-en-ciel, sur la Place Rachidi dès le 15 juillet au plus fort du festival, le groupe sud-africain, Tumi & Tue Volume.
« Après le succès de la précédente édition, nous allons nous tourner vers l’avant. Ce nouveau festival donnera à voir de très belles découvertes, c’est un événement que nous gérons avec une vraie passion en dépit des difficultés. 2 800 000 festivaliers ont suivila septième édition », a souligné Farid Bensaïdi, président du Festival, lors de la conférence de presse qui s’est tenue à la Coupole le 7 juin. Budget total de cette septième édition ? « 28 millions de dirhams, somme qui correspond à un programme de qualité afin de répondre aux nouvelles attentes des futurs festivaliers» a précisé Farid Bensaïdi. Saluant le travail exceptionnel de l’équipe parvenue à entrer en contact avec 50 Cent, il a de plus remercié son directeur, Ali Hajji « Tour Eiffel et archive du festival», également présent et qui a notamment rappelé « le caractère pluridisciplinaire de cette nouvelle édition, propre à la thématique des premières manifestations du festival, à l’aube 2005 ».

Au volet musical, des créations pluridisciplinaires feront écho comme le slam, le rap, le zajel, la danse et le théâtre.

Fidèle à sa veine de défricheur de la scène marocaine actuelle, Hicham Abkari, directeur artistique du festival, a évoqué les artistes représentant la jeune école musicale du pays, qui a particulièrement participé à asseoir le talent marocain, comme Hoba Hoba Spirit, en concert le 14 juillet à El Hank et Darga, le 15 juillet également sur la scène de la Corniche.
Asseoir le talent national

Symbole d’un message fort et d’un courage jamais démenti à travers ses textes, Amazigh Kateb sera lui aussi sur la Corniche le 15 juillet. D’autres artistes, emblématiques de leur art ponctueront ces quatre jours; parmi eux : Carlinhos Brown, Africubism, Mayara Band, Maâlem Mahmoud Guinea.

Quant à la scène soul, elle sera marquée par Ayo en concert d’ouverture le 13 juillet place Rachidi, Oum, le 16 juillet, toujours place Rachidi, Ahmed Soultan et Wayne Beckford. La chanson amazighe sera incarnée par Fatima Tihihite et Amayno.

Au volet musical, des créations pluridisciplinaires feront écho comme le slam, le rap, le zajel, la danse et le théâtre. Des ateliers vidéos, destinés à penser et à écrire dans l’œil de Casablanca, jalonneront aussi ce festival. Un hommage sera rendu à Mahmoud Darwich par son ami Michel Khalife, ainsi qu’à Bob Marley.
Nouzah Fennia, invitera à nouveau à se promener dans la métropole. Géraldine Paoli, directrice de ce programme a souligné : « l’importance de tisser des liens enter les différents acteurs de Casablanca, méconnus et dans l’ombre, enrichissant l’espace public». Gageons que les casablancais seront heureux de découvrir le visage chaleureux et jouissif de leur ville.◆

Fouzia Marouf 9 juin 2011

Radio Hchicha

juin 9th, 2011

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *