Chroniques

FRANCE: Un député UMP veut contrôler les textes des rappeurs «issus de l'immigration»

FRANCE: Un député UMP veut contrôler les textes des rappeurs «issus de l'immigration»

Les violonistes issus de l’immigration ne sont pas concernés. Pour l’instant. Dans une question adressée mardi au gouvernement, le député de Haute-Saône, Michel Raison, a voulu attirer l’attention «sur les chansons écrites par certains groupes de musique rap issus de l’immigration». Les rappeurs bien de chez nous ne sont pas visés par le texte, mais les autres qui, «sous couvert de liberté d’expression», «se livrent à de véritables appels à la haine raciale et religieuse en proférant des paroles obscènes, racistes et misogynes». Le parlementaire voudrait donc connaître «les mesures qui ont été prises pour censurer ces chansons et mieux contrôler la diffusion de certaines oeuvres musicales».

Car loin, très loin de vouloir stigmatiser une partie de la population, Michel Raison pense d’abord aux enfants français, «des jeunes en pleine construction qui n’ont pas forcément la maturité nécessaire pour prendre du recul par rapport à de tels propos». Surtout que les rappeurs issus de l’immigration mettent en péril la France, comme le rappelle le député: «Ils bafouent les valeurs fondamentales de respect et de liberté qui fondent notre démocratie.»

Comme le rappelle numérama.com, un autre député UMP, Jean Bardet du Val d’Oise, avait demandé en février un contrôle des textes musicaux. Sans jamais mentionner le rap, ou les «groupes issus de l’immigration». «Sous couvert de liberté d’expression, ils transmettent un message de haine et de violence, et encouragent leur auditeurs à se révolter contre toute forme d’autorité publique», écrivait-il.

Le ministère de la culture avait répondu que c’était aux maisons de disque de jouer le rôle du gendarme: «Il s’agit d’un sujet très important, dont le traitement par les autorités publiques s’avère cependant particulièrement difficile (…). Il importe que les relais professionnels agissant aux côtés des artistes soient attentifs à la manifestation de ces comportements. Il leur appartient en particulier d’appeler l’attention des créateurs sur le respect des repères de déontologie et sur leur responsabilité à l’égard de propos qui seraient jugés insultants ou diffamatoires».

Confronté au problème fondamental des «chansons écrites par certains groupes de musique rap issus de l’immigration», Frédéric Mitterrand va de nouveau devoir rassurer les députés UMP. Avec un permis de rapper par exemple ?

27 07 2011
http://next.liberation.fr/musique/01012351280-un-depute-ump-veut-controler-les-textes-des-rappeurs-issus-de-l-immigration

Radio Hchicha

août 3rd, 2011

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *