Maâlem Abdellah Guinia s’éteint dans la misère

Le Maâlem de la Zaouïa de Sidna Bilal se contentait de vivre de son hajhouj, de ses «lilas» et de la «ziara»

maalem abdalah ghiniaMaâlem de la Zaouïa de Sidna Bilal et maître incontesté de son moussem annuel, Abdellah Guinia s’est éteint jeudi dernier au service de réanimation au Centre hospitalier Sidi Mohammed Ben Abdellah d’Essaouira où il a été admis pour insuffisance rénale et œdème aigu au niveau des poumons. Moins médiatisé que son frère Mahmoud, Maâlem Abdellah se contentait de vivre de son hajhouj, de ses « lilas » et de la portion congrue que lui laissaient les “ziara”.

Avec lui, les « Jdaba» se sentaient entre de bonnes mains, lui qui avait, durant de longues années, donné vie, couleur et rythmes à la musique gnaouie.

A l’instar de plusieurs figures emblématiques de celle-ci, il est mort dans le plus total des dénuements.
Son décès nous interpelle tous et, particulièrement, ceux qui font commerce de cette belle musique de transes ou qui ont bâti leur fortune sur ses mélopées pentatoniques.

Un autre Maâlem gnaoui s’est éteint jeudi 21 mars 2013 au service de réanimation au Centre hospitalier Sidi Mohammed Ben Abdellah à Essaouira.

Hospitalisé depuis une semaine, Maâlem Abdellah souffrait d’une insuffisance rénale et d’un œdème aigu.
C’était un grand et si discret Maâlem gnaoui, autant maître de son art que son frère Mahmoud. Maalem Abdellah modeste, se contentait vivre de son hajhouj, de ses nuits de transe et d’exaltation, et du strict minimum qui lui restait après la répartition équitable de la «Ziara» sur l’ensemble des membres de son groupe.

Maâlem Abdellah était le Maâlem de la Zaouïa de Sidna Bilal, et le maître incontesté de son moussem annuel. Il a côtoyé l’ex-mkadma Boukouli ainsi que sa fille Latifa Essaguer.

«Maâlem Abdellah Guinia était membre de l’Association Dar Lagnaoui pendant huit ans. Il était aussi le seul Maâlem de la Zaouïa et du moussem. C’était un homme discret, modeste et très aimé de ses collègues et admirateurs», nous a déclaré Abderrahman Naciri président de l’Association Dar Legnaoui qui a redonné vie au bâtiment menaçant ruine de la Zaouia de Sidna Bilal.

Moins médiatisé que son frère Mahmoud, Maâlem Abdellah a fait les frais de sa discrétion et sa modestie. Il évitait toujours les feux de la rampe et laissait les autres parler de lui. Peu nombreux sont les Souiris qui connaissaient les vraies compétences musicales de feu Abdellah. Avec lui, les «Jdaba» se sentaient entre de bonnes mains. Il avait, de longues années durant, donné vie, couleurs et rythmes aux « lilas » au sein de la Zaouïa de Sidna Bilal.

Malheureusement, et à l’instar de plusieurs Maâlems et figures emblématiques de la culture gnaouie, Maâlem Abdellah est mort dans la misère.

Né en 1956, il était père de cinq filles dont une mariée à un Maâlem gnaoui. C’est l’un des fidèles du monde gnaoui sans ressource financière. Son cas remet encore une fois en question l’approche adoptée à l’égard du patrimoine gnaoui qui doit son existence et sa pérennité à ce genre de dévots qui n’ont aucune notion du marketing et des affaires…

Le cas de feu Abdellah interpelle tous ceux qui ont fait commerce de la «tagnaouite» afin que son héritage artistique soit honoré et que la dignité de sa famille et des grands Maâlems encore en vie soit préservée.

La fin d’une légende de la tagnaouite

Descendant d’une brillante lignée de Maâlems, feu Abdellah Guinea fut fatalement nourri de « tagnaouite ».

A 12 ans, il accompagnait son père, Boubker, dans les cérémonies nocturnes, où il révélait des dons prodigieux, qu’il affinait au contact de maîtres. A 16 ans, il a été sacré Maâlem.

Il découvrit, par la suite, le reggae, s’en est épris et crée un groupe qui reprend les chansons de Nass El Ghiwane et de Lemchaheb.

Sa curiosité pour les musiques aux couleurs humanistes et révolutionnaires ne s’est jamais émoussée, mais c’est à la musique gnaouie qu’il s’est toujours voué corps et âme.

Lundi 25 Mars 2013
Abdelali Khallad

http://www.libe.ma

[Podcast] Emission spéciale Maêlem Abdalah Guinéa – Allah Yarahmou

maalem abdalah ghiniaNous avons appris avec tristesse la disparition d’un grand maalem de la musique et tradition gnaoua.

Il s’agit de Maalem Abdalah Ghinia , qui nous a quitté hier 21 03 2013.

Ina lillah wa ina ilayhi raji3oun

 

| Open Player in New Window


Télécharger le fichier MP3 ici – 64 MO – Durée 2h21

Nous consacrons une émission spéciale sur Radio Hchicha à ce maalem.

Ceux qu’on aime ne meurent jamais, n’est ce pas… Tagnaouit aussi est vivante grâce aux anciens et aux jeunes … grâce à ceux qui continuent à donner de leur mieux pour que survive une musique et une tradition ancienne … celle de nos ancêtres à tous … africains ou autres.

Dans cette émission:

– Maalem Abdallah Ghinia – INVOCATION – 1996
FANGNAWA EXPERIENCE – Groupe FANGA + Mallem Abdalah Guinéa – 2012

« abdelah guinia mkayench bhalo » galou chabab sur les forums… tous attristés par cette nouvelle.

FANGNAWA EXPERIENCE

La rencontre entre les Gnaouis Marocains, descendant d’esclaves noirs africains et l’Afrobeat, musique de transe Ouest Africaine, savant mélange de rythmes traditionnel, de jazz, de funk, originaire du Nigeria, inventé par Fela Kuti dans les Années 70… .
La création « Fangnawa expérience » demeure ainsi ce poing levé, caractéristiques des musiques noires les plus fières et les plus organiques. Mélodiques et hypnotiques, les morceaux développés par cette rencontre, outre la quête d’un Graal groove conduisant à la
transe, parlent aussi à l’esprit…
« Fangnawa – I’ve even been tweeting and mentioning it on This Is My Jam – superb. I think I even mentioned it as one of the Top 10 albums of the year »
David Hutcheon, Mojo magazine & The Independent
« Afro-New Orleans culture and 

gnaoua culture have similarities. 
We have similar roots, similar 
outcomes and the rythms are the 
same, it’s just different accents ».
Donald Harrison
« Descendant d’une brillante lignée de maâlems, Abdellah fut fatalement nourri de« tagnaouite ». À 12 ans, il accompagnait son père, Boubker, dans les cérémonies nocturnes, où il révélait des dons prodigieux, qu’il affinait au contact de maîtres. »
Libération
VIDEO OFFICIELLE BY MONDOMIX
Ecouter Fangnawa Experience sur Soundcloud

خبر مؤلم … وفاة المعلم عبد الله غينيآ Décès du Maalem Abdallah Guinia

كل نفس ذائقة الموت لا اله الا الله توصلنا بخبر مؤلم بوفاة المعلم عبد الله غينيآ نقدم احرى التعازي للعائلة الكناوية غينيا في المرحوم الله يسكنه في افسح جناته

Via Essaouira.mogador @Facebook

Maâlem Abdellah Guinea (bio)

Descendant d’une brillante lignée de maâlems, Abdellah fut fatalement nourri de « tagnaouite ». À 12 ans, il accompagnait son père, Boubker, dans les cérémonies nocturnes, où il révélait des dons prodigieux, qu’il affinait au contact de maîtres.

À 16 ans, il est sacré maâlem. Il découvre le reggae, s’en éprend et crée un groupe qui reprend les chansons de Nass El Ghiwane et de Lemchaheb. Sa curiosité pour les musiques aux couleurs humanistes et révolutionnaires ne s’est jamais émoussée, mais c’est à la musique gnaouie qu’il s’est toujours voué corps et âme.

http://www.africultures.com/php/index.php?nav=personne&no=32262

 

فرسان مغنية اختفاء شبه كلي لمسؤولي التقافة في مغنية

أكد قائد مجموعة حميدو أمامي فرسان مغنية أن الفن مدينة مغنية يحتاج إلى إعادة هيكلة و تنظيم، مثله مثل القطاعات الجزائرية الأخرى وذلك من خلالfoursen-hadja-maghnia إشراك المواطن في صناعة القرار والمساهمة في الحوار، في مختلف مجالات الحياة.

قال نجم أغنية القرقابو الجزائرية حميدو أن المجال الفني يحتاج إلى إرادة قوية من قبل المسؤولين، من أجل النهوض به، وهذا من خلال إشراك الفنانين في صناعة القرار من أجل الخروج بنتائج ملموسة تعبر عن الفنان وتمنح الفرصة للكثير من مبدعين مدينة مغنية للعمل وتحثهم على الإستثمار في عالم الفن على اختلاف مجالاته، بالإضافة إلى خلق روح المنافسة الشريفة و المسؤولية، وهذا بوضع آليات فعالة على غرار تصنيف قاعات العرض والحصص التلفزيونية والإذاعية، والتي يمر من خلالها الفنان حسب شروط معينة تصنفه في خانات مختلفة، وتأتي هذه الإقتراحات من الفنان حميدو أمامي من أجل تغيير حالة الفوضى واللامراقبة التي تعرفها الساحة الفنية ومغنية، بالرغم من الإمكانات البشرية والمادية المتوفرة، ليستطرد ذات المتحدث أنه على الفنان المغناوي العمل بكل احترافية، وأن يسعى إلى إثبات نفسه بكل الوسائل، على أن لا يتأثر بعقلية الجهوية ومشكل اختلاف الأجيال، موضحا أن هذا الأخير من شأنه إضافة الكثير للفن الجزائري، وذلك باستغلال رصانة الكبار و خبرتهم في المجال وكذا ذكاء وفطنة الشباب. كما دعا حميدو أمامي في معرض حديثه ، إلى تجنب أخذ .مواقف خاطئة بناء على أقاويل لا أساس لها من الصحة واتهام المسؤولين دون الدخول في حوارات أو المطالبة بحقوقهم بطرق مشروعة

Karkabou Fourssene Maghnia