Chroniques

«Harraga Blues» et les autres : Le coup de gueule de Moussa Haddad

«Harraga Blues» et les autres : Le coup de gueule de Moussa Haddad

Moussa Haddad a accepté de participer avec son film «Harraga Blues» (Coproduit avec l’AARC) au festival du film arabe d’Oran, son souhait étant avant tout, faute de mieux, qu’il soit vu par le public. Mais lui et son équipe ont très vite déchanté lorsqu’ils ont vu dans quelles conditions le film a été projeté.

La première à réagir a été la productrice Amina Bedjaoui Haddad qui s’est tout de suite insurgée contre le peu de crédit accordé à son film par les organisateurs. «La projection a eu lieu avec unsimple datashow et des conditions qui ne rendent même pas 30% de la qualité visuelle et sonore de l’œuvre», indique-t-elle désabusée en rappelant que beaucoup d’argent a été dépensé dans la postproduction en faisant intervenir les meilleure boites au monde.

Disponible en plusieurs supports dont le 35 mm et le DCP (Digital Cinema Package) mais la salle Esaada n’était pas équipée contrairement au Maghreb où ont eu lieu les projections des films en compétition. La projection a eu lieu en simultanément , ce qui n’a pas arrangé les choses faisant regretter au réalisateur le fait de ne pas avoir été sélectionné officiellement.

«La réponse qu’ils nous ont donné pour justifier la non participation au programme officiel stipule que cette annéeune thématique été introduite: la nouvelle vague. Seulement je me rends compte que certains participants ont déjà une carrière bien entamée derrière eux », s’insurge Moussa Haddad qui a, compte tenu du fait que la notion de «nouvelle vague» est connoté dans l’histoire du cinéma, du mal à comprendre les motivations réelles des organisateurs car on aurait tout simplement opté pour un festival des «premiers films» et on aurait mieux compris.

« Si on pouvait changer les choses avec des films, cela fait longtemps que le monde aurait été parfait », indique-t-il en rappelant que Harraga Blues a déjà eu les faveurs du public dans une quinzaine de villes algériennes où il a été montré, parfois dans des localités qui ne sont même pas équipés en salles de cinéma. L’intrigue est portée par desacteurs de la jeune génération encdarés par des professionnels et le choix est prémidité pour un acrage dans l’Algérie d’aujourd’hui.

L’Algérie d’aujourd’hui c’est sans doute aussi le souhait exprimé dans «Ayam Eramad», l’un des films algériens en compétition mais le résultat est franchement décevant. Un film fade, sans aucune originalité. Au mieux, une publicité pour les concessionnaires importateurs de voitures ou alors quelques réalilsations très tardives (la scène du métro d’Alger, inutile).

En fait cet aspect des choses caractérise la grande majorité des films séléctionnés cette année y compris le film libanais qui a clos un festival qui, en plus de la domination du format télé, ne montre au final que «cequ’on est pas».

On n’a pas le savoir faire des films d’action, ni même des films noirs car cela suppose toujours un côté sombre, des bas fonds, des mondes undergrounds, etc., et les films qui prétendent s’affranchir des préoccupations sociales restent suspendus dans des entredeux qui ne laissent transparaitre que la prétention de leurs auteurs.

Djamel Benachour
El Watan 30 09 2013

Radio Hchicha

septembre 30th, 2013

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *