Actualités

17e Festival Gnaoua et musiques du monde d’Essaouira

17e Festival Gnaoua et musiques du monde d’Essaouira

Les organisateurs ont concocté encore une fois un programme riche qui confirme la bonne santé du festival. Ph. Saouri - See more at: http://www.lematin.ma/journal/-/200642.html#sthash.B02r9HFu.dpuf

Les organisateurs ont concocté encore une fois un programme riche qui confirme la bonne santé du festival. Ph. Saouri – See more at: http://www.lematin.ma/journal/-/200642.html#sthash.B02r9HFu.dpuf

Très difficile de fermer l’œil à Essaouira pendant le festival Gnaoua d’Essaouira et musiques du monde. Ce rendez-vous incontournable fêtera cette année son dix-septième anniversaire avec une programmation diversifiée. Un anniversaire tout aussi chargé de symboles. La ville d’Essaouira sera encore une fois le lieu des retrouvailles de toutes les musiques les plus chaloupées de la planète. Et les rythmes les plus savamment planants : gnaoua, jazz, rock, soul… La création et l’improvisation sont toujours les bienvenues. Pour le public mélomane et curieux, le Festival offre une bonne occasion pour écouter et voir la musique gnaoua dans tous ses états et au croisement d’autres univers. Pour les artistes et leur musique, il en favorisera la diffusion.

Tandis que pour Essaouira, il permettra, non seulement de bénéficier des retombées économiques positives et du potentiel touristique de cette ville, mais renforcera ainsi son image, celle d’une ville de l’altérité, de la tolérance, de la diversité et de la culture. Une image qui conforte aussi la légitimité, l’authenticité et la pluralité de l’identité marocaine. Pour cela, les organisateurs ont concocté encore une fois un programme riche qui confirme la bonne santé du festival. Ce carrefour, classé désormais dans le top 5 des grands festivals internationaux par le célèbre magazine britannique «Songlines Magazine», promet des prestations généreuses des grands noms de la world music et ceux de la musique Gnaoua.

Que d’éminents musiciens y débarqueront. À commencer par le concert d’ouverture, une impressionnante fusion en cordes pincées avec le maâlem Hassan Boussou et le grand musicien français Didier Lockwood, et le maître du rebab Bouhcine Foulane. Une autre grande rencontre d’univers musicaux Concert de Clôture à l’allure d’un véritable choc de titans : Maâlem Hamid El Kasri au guembri et le Malien Bassekou Kouyate au ngoni. Et entre l’ouverture du festival et la clôture, autant de fusions, de concerts intimistes, parades, rencontres, hommages vous seront réservés.

De la très tonique Allemande d’origine nigérienne Ayo à la légende vivante, le bassiste américain Marcus Miller au meilleur artiste jazz en 2013, le Franco-Libanais Ibrahim Maalouf en passant par le grand musicien franco-martiniquais Mario Canonge (Martinique, France) et au futur Bob Marley africain Meta and the Cornerstones du Sénégal… le festival Gnaoua D’Essaouira et musiques du monde dans sa version 2014 sera celui où il y en aura pour tous les goûts. Comme d’habitude, d’ailleurs. Pas tape-à-l’œil, on passera de la musique du monde à la cambrure rythmique des maâlems gnaouis, habitués du festival, dont Mohamed Kouyou, Mokhtar Guinea, Abdeslam Alikane, Mustapha Bakbou, entre autres grosses pointures du genre. Toujours fidèles à l’esprit de la fête, ces monstres de tagnaouite reproduiront l’essentiel du répertoire des chants traditionnels de Gnaoua. Une ode lumineuse à l’Afrique. C’est même le futur de ce continent en marche qui fera l’objet du Forum citoyen de cette édition : «L’Afrique à venir».

Ce rendez-vous rempile pour la troisième fois consécutive avec d’éminents intervenants des quatre coins du monde autour de cette thématique très chère à tous. Soulignons enfin que dans le cadre de cette édition un grand hommage posthume sera réservé à une plume prolifique : Et-Tayeb Houdaïfa, un des piliers de la presse marocaine. Bref du 12 au 15 juin prochain, avec cette activité culturelle et artistique dense, l’édition 2014 du Festival tentera d’offrir un véritable plaisir aux festivaliers. Plus nombreux d’une année à l’autre, ceux-ci connaissent bien cette source et s’y désaltèrent avec délice. On y mettra tout : nos cœurs, nos passions, nos frissons pour la musique.

Autour d’un café ou d’un thé

L’Arbre à palabres est un des incontournables du Festival Gnaoua. Créé en 2006, ce forum de dialogue et d’échanges se tient chaque après-midi à partir de 17 heures à Dar Souiri. Autour d’un café ou d’un thé, les artistes Gnaoua et les invités des musiques du monde dialoguent librement et dans une ambiance conviviale. Le public, à son tour, pose des questions et participe au débat en toute fraternité. Le Forum est modéré depuis deux ans par le tandem Emmanuelle Honorin et Maria Moukrim. Emmanuelle Honorin, critique musicale et journaliste, qui est à l’origine de cette initiative unique, animera cette année encore les tables rondes de l’Arbre à Palabres. Elle est aussi programmatrice de scènes pluridisciplinaires telles que «Contradanza» et «Bal créole de la Bellevilloise» à Paris. Elle a, à ses côtés, la journaliste marocaine Maria Moukrim. Cette dernière, native d’Essaouira, est une journaliste connue pour son engagement et pour ses grandes enquêtes. Elle est membre fondatrice du Réseau des femmes journalistes et présidente de l’Association marocaine du journalisme d’investigation. Ex-rédactrice en chef de l’hebdomadaire «Al Ayam», Maria Moukrim a lancé, en 2011 , son propre journal électronique «febrayer.com».

Publié le : 18 avril 2014 – Ayoub Akil, LE MATIN.MA

Radio Hchicha

avril 21st, 2014

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *