Actualités

MARCUS MILLER, IBRAHIM MAALOUF ET MAÂLEM MUSTAPHA BAQBOU

MARCUS MILLER, IBRAHIM MAALOUF ET MAÂLEM MUSTAPHA BAQBOU

LORS DU FESTIVAL D’ESSAOUIRA GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE

Intense, indescriptible… sacrée soirée !

Par : Sara Kharfi in Liberté Algérie du 16 06 2014

Marcus Miller et Maalem Mustapha Baqbou.  © Copyright: Brahim Taougar - Le360.ma

Marcus Miller et Maalem Mustapha Baqbou. © Copyright: Brahim Taougar – Le360.ma

L’avant-dernière soirée du festival (du 12 au 15 juin) a vu défiler des as de la musique, à commencer par Ibrahim Maalouf qui a littéralement transporté l’assistance. Ensuite, maâlem Mustapha Baqbou a mis le feu à la place Moulay-el-Hassan, mais la foule en délire en redemandait. La performance du maître de la basse, Marcus Miller, a subjugué, voire figé le public, tant par sa maîtrise de l’instrument, que par sa générosité et le talent incroyable de ses musiciens. Il réalisera également une jam session avec le maâlem Baqbou.

La musique ne peut certes pas changer le monde et encore moins notre monde en souffrance, mais elle peut tout de même changer (ou faire évoluer) notre vision du monde. Cela s’est largement confirmé, samedi soir, lors de l’avant-dernière soirée du Festival d’Essaouira gnaoua et musiques du monde, qui devait prendre fin hier soir. Les artistes qui se sont succédé sur la grande scène du festival de la place Moulay-el-Hassan ont transmis une énergie tellement positive par le biais d’une musique extrêmement bien pensée, une remarquable maîtrise des instruments et surtout une incroyable générosité, de telle sorte qu’ils ont, chacun à sa manière, réussi à communiquer avec le public en effervescence. Une soirée d’une grande émotion, d’où on sort tout simplement plein de bonheur.

Cette soirée a démarré avec la prestation de maâlem Abdenbi Guadari de Casablanca et sa formation Sidi Mimoun. Le Franco-Libanais Ibrahim Maalouf succédera au maâlem. Muni de sa trompette à quarts de ton, inventée par son père Nassim dans les années 1960, il n’en a pas fallu plus à Ibrahim Maalouf pour séduire les spectateurs, les plongeant dans une atmosphère de méditation, de recueillement, de contemplation. Sa trompette aidant, le virtuose propose des compositions originales, somme de plusieurs influences, avec un ancrage dans la musique arabe.

Fabuleux ! Après cette intense prestation, tant par son aspect musical qu’émotionnel, maâlem Mustapha Baqbou donnera un peu de rythme à cette soirée. Maniant le goumbri avec dextérité et interprétant les morceaux de tagnaouite avec un savoir-faire remarquable, maâlem Baqbou, qui a fait partie du célèbre groupe Jil Jilala, a marqué cette soirée par sa classe et son talent. Marcus Miller, véritable génie de la basse qui a collaboré avec des grands noms de la musique, notamment Miles Davis, a, à la fois, donné une leçon de musique mais également de générosité.

Près de deux heures après le début de sa prestation, Marcus Miller – qui a fêté son anniversaire sur scène, les spectateurs le lui ont d’ailleurs souhaité et il leur a répondu avec sa basse – et son très nombreux public étaient toujours en forme, en “contact”. Après sa performance (basse, basse clarinette), portée également par ses brillants musiciens (Alex Han au saxophone, Lee Hogans à la trompette, Brett Williams au clavier, Adam Agati à la guitare, Louis Cato à la batterie), il réalisera une jam session (ou une fusion) avec maâlem Mustapha Baqbou et son groupe. Sobrement, les musiciens de Marcus Miller s’adapteront et s’intégreront au jeu des Gnawa et à la musique gnaoua, interprétant ainsi plusieurs morceaux de tagnaouite. Il est impossible de restituer fidèlement ce concert, parce que certaines choses et notamment les plus belles d’entre elles ne s’expliquent pas. Elles se vivent. Des maîtres de la musique ont donné des accents d’éternité à cette mémorable soirée. Tous ont travaillé sur le lien avec le public, réussissant ainsi à transmettre ce qu’ils font et ce qu’ils sont. L’un des plus beaux souvenirs de cette 17e édition.
S. K.

Radio Hchicha

juin 16th, 2014

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *