Lemchaheb et Mâalem Hamid El Kasri enflamment la scène du Diwan

Symbiose algéro-marocaine tout en musique

Libe.ma Mehdi Ouassat. Mardi 25 Août 2015

Décidément, les chanteurs marocains brillent de mille feux en Algérie. Après Mister You, Aziz Sahmaoui et plus récemment Abdelaziz Stati, c’est le célèbre Mâalem Hamid El Kasri et le groupe mythique Lemchaheb qui ont eu le privilège de rencontrer le public algérois à l’occasion du Festival international de musique Diwan. Deux concerts qui ont émerveillé, le week-end dernier, un public venu nombreux à la rencontre de ces artistes marocains aux talents incontestables.

Le nouveau projet musical de fusion «Gnaoua-Jazz» de Mâalem Hamid El Kasri et du batteur algérien de jazz Karim Ziad a ainsi fait vibrer le public sur des rythmes de la musique gnawa et des envolées du jazz à la faveur d’un concert animé, nous apprend l’APS. Hamid El Kasri, l’un des Mâalems marocains les plus en vue et les plus populaires, toujours accompagné de Karim Ziad, a réussi à épater le public qui a confié avoir «fait le déplacement spécialement pour cet artiste». Accompagnés des membres de la troupe gnawa de Hamid El Kasri et du bassiste mauricien Linley Marthe, le Mâalem et le jazzman se sont livrés à une sorte de joutes musicales implicites entre jazz et gnaoua en parfaite harmonie où les deux styles étaient mis en avant, apprend-t-on de même source.

Quant au mythique groupe des années 70 Lemchaheb, il a animé, samedi, un concert empreint de nostalgie, d’authenticité et d’énergie devant un public d’initiés. Connu pour avoir révolutionné la musique marocaine dans les années 70 et 80, Lemchaheb, dont la musique, le verbe et le dynamisme sur scène n’ont pas pris une ride, ont revisité leur répertoire devant un public algérois enthousiaste, selon l’APS. «Ya chrâa», «Hamouda», ou encore «Ya latif» sont autant de succès, joués sur des rythmes de musique gnawa soutenus par une instrumentation puissante et riche en percussions, qui ont séduit le public. Lemchaheb, ce groupe teinté d’engagement, notamment envers la cause palestinienne, a également partagé la scène, le temps de deux morceaux, avec de jeunes musiciens algériens qui ont assuré les karkabou et la danse.

Lire la suite http://www.libe.ma/Symbiose-algero-marocaine-tout-en-musique_a65625.html

8e festival diwan: Hamid El Kasri et Karim Ziad retrouvent le public algérois

Rédaction HuffPost Algérie/agences. 24/08/2015

Le nouveau projet de fusion musical du mâallem marocain Hamid El Kasri et du batteur algérien de jazz Karim Ziad a fait vibrer le public sur les rythmes de la musique gnawa et les envolées du jazz à la faveur d’un concert animé dimanche soir à Alger.

Se produisant sur la scène du 8ème Festival international de musique diwan qui se tient à Alger depuis samedi, Hamid El Kasri, l’un des mâallem marocains les plus en vue et les plus médiatisés, toujours accompagné de Karim Ziad, a réussi à attirer un public nombreux qui a confié avoir « fait le déplacement pour cet artiste ».

Accompagnés des membres de la troupe gnawa de Hamid El Kasri et du bassiste mauricien Linley Marthe, le mâallem et le jazzman se sont livrés à une sorte de concours musical implicite entre jazzmen et gnawa dans une harmonie parfaite où l’un ou l’autre des deux styles étaient mis en avant selon le morceau.

Alors que Hamid El Kasri et sa troupe assuraient beaucoup plus le chant et les ch£urs sur des morceaux du répertoire gnawa comme « Hamdouchya » ou « Mimoune », alors que les jazzmen menés à la baguette par Karim Ziad habillaient le tout de jeu de basse puissant, qui dominait même le son du goumbri inaudible, des arrangement à la clarinette et des solos de batterie, et de basse, parfois empruntés au free jazz.

Lire la suite http://www.huffpostmaghreb.com/2015/08/24/karim-ziad-hamid-kasri-fe_n_8030540.html

Alger. 8e Festival diwan: « Lemchaheb » en ouverture

ALGER – Le groupe marocain mythique des années 1970 « Lemchaheb » a animé samedi à Alger un concert empreint de nostalgie, d’authenticité et d’énergie devant un public d’initiés, en ouverture du 8e Festival international de musique diwan.

Inaugurée par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, qui a rappelé dans son allocution l' »importance » de ces expressions culturelles émanant d’un « patrimoine ancestral », cette édition a accueilli les compagnons de Mohamed Hamadi pour la première fois dans ce festival en plus des jeunes de « Diwan Gnawa El Kandoussia », premier prix du festival national qui s’était tenu en juin dernier à Bechar.

Connu pour avoir révolutionné la musique marocaine dans les années 1970 et 1980, « Lemchaheb », dont la musique, le verbe et l’énergie sur scène n’ont pas pris une ride, ont revisité leur répertoire devant un public algérois encore peu nombreux à cette soirée inaugurale.

« Ya chrâa », « Hamouda », ou encore « Ya latif » sont autant de succès joués sur des rythmes de musique gnawa soutenus par une instrumentation puissante et riche en percussions -bendir, tumba et batterie- qui ont séduit le public qui a également retrouvé des succès repris par des groupes du Sud-ouest du pays comme Hasna El Becharia et Essed- où les auteurs de la célèbre « Hakmet laqdar » connaissent un succès phénoménal.

Plus tôt dans la soirée, les tbel (tambours) des jeunes musiciens de « Diwan Gnawa El Kandoussia » avaient annoncé l’ouverture du festival avec un spectacle dynamique émanant de la tradition diwan dans ses aspects chorégraphiques et musicaux les plus authentiques.

Menée par un maâllem âgé de 21 ans au goumbri, la troupe a présenté, lors de son passage sur scène, un son irréprochable au goumbri en plus d’une grande maîtrise au chant des bradjs et de la danse koyo traditionnelle pratiquée dans le diwan.

Ayant pour objectif de « faire aimer le patrimoine populaire à la jeune génération » en l’intégrant d’un mouvement folk de l’époque, « Lemchaheb » ont également partagé la scène le temps de deux morceaux avec les jeunes musiciens de Kenadsa qui ont assuré les karkabou et la danse.

Ce groupe réactionnaire basé sur une poésie populaire et de la folk, créé en 1974, devrait prochainement entamer le tournage d’un film documentaire sur leur parcours en collaboration avec le réalisateur algérien Laarbi Lekhal en plus de la sortie prochaine d’un nouvel album au Maroc.

Inauguré samedi, le 8ème Festival international de musique diwan se poursuivra jusqu’au 27 août au théâtre de verdure Saïd-Mekbel du Bois des arcades avec encore à l’affiche trois autres lauréats du festival national, « Lemma Becharia », « Ifrikya Spirit », Hamid El Kasri (Maroc), « Bassekou Kouyaté & N’goni Ba » (Mali), Richard Bona (Cameroun) « Malted Milk & Green » (France-USA).

APS Dimanche, 23 Août 2015

74th Retro Car Parade Held in New York

Proin eu purus eget purus venenatis placerat volutpat vitae nulla. Duis vel tempus orci. Proin commodo aliquet diam, at tempor justo. Suspendisse sit amet aliquam nisi. Vestibulum a elit ipsum. Morbi interdum metus eget diam suscipit, nec commodo sapien scelerisque. Integer urna leo, auctor ac enim at, ornare mattis nunc. Morbi finibus risus ut libero tincidunt faucibus.

The most beautiful cars ever made are all in one place today

Nullam eget nibh nibh. Phasellus eleifend magna vitae neque maximus, consectetur luctus nibh vestibulum. Quisque ornare ipsum nec auctor congue. Nunc ac elementum nisl. Aliquam non lectus non leo facilisis faucibus nec non ligula. Vivamus suscipit turpis risus, a hendrerit nibh sodales id. Cras tincidunt, leo et vulputate ornare, nisi sapien blandit justo, in congue justo nulla non ex mauris ultrices gravida.

Donec accumsan magna ut pulvinar pretium.
Photo by Nadine A. Gardner

Fusce gravida turpis eu scelerisque placerat. Sed ac metus massa. Praesent nec felis varius, tristique risus quis, sollicitudin nisl. Mauris sem nunc, placerat eget sapien at, consectetur tempus massa.

The beauty of the past

Ut vehicula nisi consectetur augue condimentum, eget auctor massa viverra. Aenean scelerisque tellus at molestie dictum. Fusce lobortis eu lorem id maximus. Duis feugiat ex ligula, id egestas velit finibus nec.

Phasellus et felis suscipit, consectetur leo vel, pellentesque orci. Aenean aliquam ultricies ultrices. Phasellus ac sodales nulla, a dignissim diam. Praesent efficitur euismod tincidunt. Curabitur vitae turpis in justo.

Donec pretium dapibus justo at fermentum. In nisi lorem, iaculis quis leo imperdiet, convallis mattis nunc. Nulla lobortis dui in ligula tempor volutpat. Praesent varius consectetur arcu ut aliquet. In pretium elit et tortor ultrices congue. Ut scelerisque ut metus at fermentum. Aenean vesti porta urna, vitae finibus ipsum ultrices eu orci nunc eget ante. Cras porttitor condimentum imperdiet.

Curabitur congue, lectus tincidunt ornare pharetra, elit metus faucibus massa, rutrum volutpat orci nunc eget ante. Donec eu sem vel mauris ultrices gravida.

Sed vitae elit nec nunc ultricies mattis. Nulla efficitur velit est, non varius quam gravida ac. Praesent ultrices est nec ligula pulvinar scelerisque. Mauris ex dolor, tincidunt ut ante sit amet, posuere porttitor dui. Vestibulum iaculis dui nec laoreet bibendum.

Aliquam tempor orci at leo malesuada congue. Integer varius viverra lobortis.
1970’s Lancia in all its glory. Photo by Nadine A. Gardner

Nulla ac hendrerit nulla. Vivamus facilisis, orci a rutrum faucibus, erat ipsum vehicula ipsum, faucibus finibus lectus ante nec orci. Fusce pharetra lobortis felis nec eleifend. Curabitur et nibh sem. Praesent consectetur tincidunt libero vel lacinia.

Timeless classic

Suspendisse magna urna, faucibus euismod bibendum et, efficitur at ante. Integer consequat, quam in pulvinar ullamcorper, leo quam consequat turpis, non laoreet augue lacus vel nisl. Donec scelerisque eget mauris sed malesuada. Ut et nibh mollis, pulvinar arcu vel, elementum nunc. Nam dapibus mollis metus, at vulputate quam pellentesque id. Phasellus viverra sem pharetra purus pretium sagittis.

[easy-fans show_total= »0″ hide_title= »1″ columns= »3″ template= »metro » effects= »essbfc-no-effect »]

Whoa, you love reading! Take a moment to join us on social media.
Farmer Boy
Retro car with « Farmer Boy » plate

Quisque venenatis dignissim fermentum. Praesent convallis felis a tellus consectetur, ac mattis elit sodales. Fusce non diam lorem.

Smart investment

Etiam elementum elit nunc, nec interdum lectus maximus id. Proin pulvinar urna in luctus ornare. Pellentesque sagittis lacus quis bibendum pretium. Nunc sagittis eros at dolor finibus, a accumsan ante hendrerit.

Sed massa nulla, ultrices ac nisl eget, pretium tincidunt ante. Donec ultrices aliquam convallis. Cras luctus lectus nec diam interdum ultricies eu quis nunc. Pellentesque quis lacinia ex, id posuere quam.

Aenean eu facilisis tortor. Suspendisse potenti. Proin suscipit felis risus, nec tristique justo gravida quis. Aliquam erat volutpat. Fusce id sodales metus, a pulvinar nibh. Curabitur eu mi felis. Praesent tortor ligula, placerat at quam at, varius euismod sapien. Class aptent us taciti sociosqu ad litora torquent.

In vestibulum, odio et vestibulum pharetra, ex est viverra elit, ac imperdiet ipsum est porta arcu. Suspendisse augue turpis, rutrum sit amet sapien eget, semper ultricies elit. Donec interdum nibh condimentum ante blandit tempor. Vivamus fringilla placerat lectus in efficitur. Vivamus viverra, augue a placerat commodo, nisi ligula congue turpis, imperdiet tempor magna mauris eget metus. In euismod ac libero eu lacinia.

Mauris lobortis, quam ut hendrerit pellentesque, velit urna gravida justo, eget euismod dui est eget arcu. Curabitur congue, lectus tincidunt ornare pharetra, elit metus faucibus massa, rutrum volutpat orci nunc eget ante. Donec eu sem vel mauris ultrices gravida.

LE FESTIVAL DES ANDALOUSIES ATLANTIQUES D’ESSAOUIRA 2015

Notes arabo-espagnoles et douceurs andalouses dans la ville bleue

Cette année, pour la 12éme édition, le festival d’Essaouira se déroulera le dernier weekend du mois d’octobre 2015, du jeudi 29 au dimanche 1er novembre.
Ce festival se place comme l’un des trois plus importants festivals de la ville bleue. Connaissez-vous les 2 autres ?
Le Festival Gnaoua et Musiques du Monde est un immense rassemblement musical du milieu d’année. Bien que centré sur la musique gnaoua, ce célèbre événement d’Essaouira accueille différents artistes aux côtés des Maîtres de ce genre musical venu d’Afrique lors de fusions rythmées.

Le Printemps Musical des Alizés met en lumière la musique classique et accomplit un brassage intergénérationnel en proposant ce style musical, souvent méconnu du jeune public.

Le festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira, quant à lui, met en lumière l’héritage musical andalou du berceau hispano-marocain. Il trouve chaque année un écho considérable dans la ville d’Essaouira qui est réputée pour son ouverture et son métissage culturel.

Bien que certains concerts soient payants, une grande majorité du festival des Andalousies Atlantiques est libre d’accès (dans la limite des places disponibles pour chaque concert). Des tables rondes et des ateliers se tiennent également régulièrement en marge du festival sur des thématiques artistiques et sociétales.

Le festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira, c’est le rendez-vous immanquable de la fin de l’année 2015 pour tous les amoureux de la musique et tous les curieux. Soyez présents pour la 12éme édition jeudi 29 au dimanche 1er novembre 2015.

http://www.heure-bleue.com/blog/art-culture/festival-andalousies-atlantiques/#!prettyPhoto