[AUDIO] عندما يتكلم الرجال Mohamed El Badji

Entretien avec la radio El Bahja

Biographie express Mohamed EL Badji

Né en 1933, Originaire des Hauts plateaux de l’Est, d’El Eulma, il naquit à Belouizdad (Alger). Il écrit et compose des chansons que d’autres diront : Amar Ezzahi, Aziouz Raîs, Redha Doumaz et des dizaines d’autres. Son emprisonnement à Serkadji, durant la guerre de libération, l’a profondément marqué comme en témoigne sa chanson « Maqnine Ezzine » (Mon bel oiseau). Ayant une voix rocailleuse et profonde, son chant reste une quête permanente d’échapper à la douleur. Son attachement à la musique remonte à 1947. Il chante à l’occasion des fêtes populaires dans différents orchestres. Arrêté pendant la Grève des Huit jours, en 1957, il est torturé, jugé et condamné à mort. Son exécution n’aura pas lieu. Dans sa cellule, il fabrique une « guitare » de fortune d’où sortira la musique forte et triste de Maqnine Ezzine. D’autres compositions naîtront dont le célèbre « Bahr Ettofane » (Le Déluge).

[AUDIO] Djazia Satour et Sophian Fanen, une voix, une plume [RFI MUSIQUE]

C’est la rentrée pour Djazia Satour et Sophian Fanen, une voix, une plume

Diffusion : Dimanche 16 septembre 2018

L’artiste franco-algérienne Djazia Satour sortira le 26 octobre son nouvel album Aswât (Les Voix). Djazia Satour a fait ses classes en tant que choriste pour Gnawa Diffusion (elle est la demi-sœur d’Amazigh Kateb). Après Klami et Alwâne, Djazia Satour revient avec un nouvel album intitulé Aswât (Des voix) qui explore, dans la veine subtile et personnelle que nous lui connaissons, l’héritage musical algérien. On reconnaît encore dans les compositions originales qu’elle propose les influences les plus actuelles, empruntées notamment à la folk indie et au groove d’une pop pétillante. L’inspiration s’infléchit cependant de façon marquée vers les genres traditionnels qui ont bercé ses premières années.

ECOUTER ICI >> Via RFI MUSIQUE

 

| Open Player in New Window

Concerts 2018
18 et 19 septembre : à la Dame de Canton à Paris
20 septembre : à Montpellier au festival Arabesques

Titres diffusés de Djazia Satour
Neghmat Erriah, la mélodie des vents
Taleb Laman, le réfugié
Loun Lyam, la couleur des jours
Ida

Chaque mois, Sophian Fanen, journaliste au site Les Jours, propose ses 5 obsessions. Tenace

Sélection de Sophian Fanen
Ekuka Morris Sirikiti, English Record, tiré de la compilation Ekuka (2018, Nyege Nyege Tapes)
Happy Rhodes, Oh The Drears, tiré de la compilation Ectotrophia (2018, Numero Group)
Okonkolo, Wolenche Por Chango, tiré de l’album Cantos (2018, Big Crown Records)
Sandro Perri, In Another Life (Edit), tiré de l’album In Another Life (2018, Constellation Records)
Bugge Wesseltoft et Prins Thomas, Furuberget, tiré de l’album Bugge Wesseltoft & Prins Thomas (2018, Smalltown Supersound)

RFI MUSIQUES DU MONDE PAR LAURENCE ALOIR
De Mozart à Césaria Evora… C’est le RDV des 1001 musiques de RFI présenté par Laurence Aloir, avec des portraits, des entretiens, des sessions live au grand studio de RFI à Issy les Moulineaux et la tournée des festivals en son et en images qui bougent.

Via RFI MUSIQUE

Slimane Azem artiste kabyle• Crédits : Association Génériques

[AUDIO] Barbes Cafés, Princes du Raï et sons du bled

Musiques africaines, une histoire parisienne (1/4)
Barbes Cafés, Princes du Raï et sons du bled (écouter ici)

Bien avant l’explosion du raï et les violences en Algérie, il y avait un Orient-sur-Seine à Paris. Dans les cabarets orientaux du quartier latin, on pouvait croiser Jean Marais, Cocteau, ou François Mitterrand avant de filer dans la première boutique de disques de Barbès, qui vend toujours des chansons de l’exil aujourd’hui quand le streaming a tué tous les disquaires.

Il y avait à l’époque 1 million ou 2 millions d’immigrés algériens en France et tout le monde habitait à l’hôtel : une chambre, un radio-cassette et un mange-disque

Avec les embauches puis les déboires, les cafés kabyles deviendront des lieux pour raconter la difficulté de l’exil et la nostalgie, incarné par le fameux scopitone (l’ancêtre du clip) de Slimane Azem : « Madame, encore un verre ! ».

Avant le bistrot pour les immigrés, c’était leur salon, leur cinéma, leur théâtre, c’est là qu’ils se retrouvent, qu’ils racontent leurs misères, qu’ils ont des nouvelles du bled, le café avait un rôle énorme. Méziane Azaïche, patron du Cabaret sauvage

LIRE (ECOUTER) LA SUITE SUR FRANCE CULTURE

[AUDIO] Djmawi Africa, ambassadeur de la jeune scène musicale algérienne

Radio Canada. PUBLIÉ LE 

Djmawi Africa, c’est au départ une bande d’amis qui commence à jouer de la musique au début des années 2000 dans la maison de jeunes de leur quartier, en banlieue d’Alger. Treize ans plus tard, ils font le tour du monde de festival en festival.

Fusion des genres musicaux venus du monde entier, le groupe s’inspire ouvertement de la musique gnawa, musique des descendants d’esclaves d’Afrique.

Fusion des genres musicaux venus du monde entier, le groupe s’inspire ouvertement de la musique gnawa, musique des descendants d’esclaves d’Afrique.

Le reportage d’Akli Aït Abdallah.
Écouter icihttp://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/desautels-le-dimanche/segments/reportage/31328/djmawi-africa-algerie-musique-akli-ait-abdallah

kadda cherif hadria

Hommage à Kadda Cherif Hadria @ MusicExplorer

COVER PLAYLIST algerie 20-10_5Notre petite contribution pour la plateforme web de l’émission Music Explorer de FranceÔ TV.

Voici quelques titres tirés du répertoire de Kadda Cherif Hadria. Il s’agit d’un artiste algérien qui vient de nous quitter après une longue maladie. Kadda aura marqué sa génération en enregistrant seulement deux albums, en 1995 (Diri kitebri) et en 2001 (Djazair).

Cherif Hadria est néanmoins très connu et aura chanté sa musique partout dans le monde. Il a fusionné d’une manière particulière la musique arabo andalouse, la chanson Raï (il était Raïman et oranais d’origine), les musiques afro-cubaines, le flamenco et le jazz.

Il a su inventer son propre style pas toujours compatible avec le marché musical d’alors, sa voix et son interprétation chaleureuses avaient retenu l’attention de tous ceux qui découvraient sa musique à la fois traditionnelle et World.

Repose en paix l’artiste, tu es passé comme une grande et belle étoile filante dans le ciel de la musique algérienne.

PRESS PLAY ➤ bit.ly/2ejD51L