Dans les années 60, Al-Bara’em est devenu le premier groupe palestinien à interpréter des chansons originales en arabe. Aujourd’hui, le fils d’un membre du groupe espère préserver leur héritage.

Leila Ettachfini

By Leila Ettachfini

vice.com 29 janvier 2020. Traduction by RadioHchicha.COM

Sama’an Ashrawi est un écrivain musical de Houston qui anime un podcast musical appelé “The Nostalgia Mixtape“, ce qui explique pourquoi il était bizarre que son père ne lui ait pas parlé du groupe qu’il a créé avec ses frères et sœurs dans les années 60 jusqu’à il y a quelques années. “J’étais vraiment en colère contre mes oncles et mon père parce que c’est maintenant ma dixième année de travail dans la musique et qu’ils savaient cela”, a-t-il dit, se souvenant du moment où il a appris l’existence d’Al-Bara’em, ou “les fleurs” en arabe. Le deuxième choc est survenu plus tard.

“La première fois qu’ils ont mentionné [le groupe], c’était très discret”, a déclaré Sama’an. “Ils ont dit quelque chose comme ‘Oh, vous savez, nous avions un petit groupe à l’époque. C’était sympa”. Mais lorsque l’oncle de Sama’an, Emile Ashrawi, membre d’Al-Bara’em, a envoyé à la famille par e-mail une vieille photo qu’il avait trouvée du groupe, Sama’an a eu l’impression qu’Al-Bara’em était peut-être plus qu’un groupe de garage.

Je me suis dit : “Oh mon Dieu, ça a l’air légitime ! Il y a une scène et des amplificateurs”, a-t-il déclaré. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il avait devant lui le premier groupe de rock’n’roll de Palestine à produire et à interpréter de la musique originale en arabe. Alors qu’Emile découvrait et partageait d’autres photos d’Al-Bara’em, Sama’an a décidé de rechercher – et surtout de préserver – cette partie de l’histoire de sa famille, mais aussi de la Palestine.

Il n’y avait qu’un seul endroit pour obtenir toutes les informations dont il avait besoin : La Palestine. Après avoir trouvé suffisamment de fonds pour concrétiser le voyage, Sama’an s’est rendu à Ramallah, en Palestine, en avril 2019, pour retracer l’histoire d’Al-Bara’em.

AL-BARA’EM INTERPRÈTE UNE REPRISE DE FAIRUZ LORS D’UN CONCERT LE 27 DÉCEMBRE 1973 À LA YMCA DE JÉRUSALEM. DE GAUCHE À DROITE : DAVID SAADEH, IBRAHIM ASHRAWI, EMILE ASHRAWI, SAMIRA ASHRAWI, ALEXANDRA ASHRAWI, GEORGE KIRMIZ, SAMIR ASHRAWI. AVEC L’AIMABLE AUTORISATION D’EMILE ASHRAWI.

La famille Ashrawi est originaire de Nazareth. Après leur mariage, les parents d’Al-Bara’em se sont installés à Jérusalem-Ouest avant de fuir à Jérusalem-Est pendant la Nakba, ou exode palestinien, de 1948. C’est là que le père de Sama’an, Ibrahim Ashrawi, est né dans le sous-sol d’une église où la famille s’était réfugiée. Malgré l’agitation qui règne dans son pays, la Palestine n’est pas à l’abri de la Beatlemania à l’aube des années 60. Mais les fans palestiniens des Beatles savaient qu’ils ne pouvaient pas s’attendre à ce que leur groupe préféré annonce des dates de tournée en Palestine dans un avenir proche, alors ils se sont contentés de la meilleure solution suivante : des groupes de reprises.

Le premier du genre fut The Flintstons, un groupe arménien palestinien qui reprenait les Beatles et les Rolling Stones. D’autres, comme The Yarneys et The Mosquitoes, qui étaient également des groupes de reprises anglais, se sont formés peu après, et Al-Bara’em en faisait partie. Le groupe était composé des frères et sœurs Ashrawi : Alexandra (chant), Emile (batterie, chant), Ibrahim (chant principal), Samir (guitare principale, chant), et Samira (chant), en plus d’un groupe d’amis en rotation.

Au début, comme les autres groupes de leur acabit, Al-Bara’em ne reprenait que des chansons en anglais. Jusqu’à ce que les sœurs Samira et Alexandra Ashrawi aient l’idée de transformer les chansons traditionnelles de Fairuz en rock. Étant donné que le balladiste libanais était (et reste) parmi les chanteurs les plus aimés du monde arabe, leurs reprises ont eu un succès immédiat. “Les gens ont du respect pour cette musique traditionnelle, mais certaines de ses chansons sont vraiment tristes et lentes”, explique Sama’an. Ils se sont dit : “Faisons une nouvelle chanson sur laquelle on peut danser”.

Comme Fairuz est une femme, le groupe a décidé que Samira et Alexandra chanteraient sur les reprises d’Al-Bara’em de ses chansons, ce qui en fait le premier groupe de rock en Palestine à faire monter des femmes sur scène. “Elles ont eu la chance que leurs parents les soutiennent et soient très progressistes”, a déclaré Sama’an.

Après le succès de leurs reprises de Fairuz, le groupe a commencé à composer et à interpréter de la musique rock originale en arabe, devenant ainsi le premier groupe palestinien à le faire. Si les oncles de Sama’an, les auteurs-compositeurs d’Al-Bara’em, Samir et Emile, ne sont pas d’accord sur la chronologie, ils affirment tous deux que la guerre les a poussés à faire de la musique en arabe. Si Samir pense que c’est la guerre des Six Jours de 1967 et Emile que c’est le Septembre noir de 1970 qui a incité le groupe à créer des chansons en arabe, Sama’an affirme que, dans tous les cas, ce changement symbolise une fierté collective de l’identité palestinienne, alors qu’Israël cherche à l’effacer.

“Ils ont vu des gens tués, des cadavres – toute cette émotion devait sortir d’une manière ou d’une autre”, a déclaré Sama’an.

UN CONCERT D’AL-BARA’EM A GUICHET FERMÉ AU YMCA DE JERUSALEM LE 27 DÉCEMBRE 1973.

De retour à Ramallah en avril 2019, Émile a emmené Sama’an à travers la Palestine dans certaines des salles qu’Al-Bara’em a autrefois remplies. Ensemble, ils ont vu une douzaine de salles de concert et de théâtres. Pour s’y rendre, Émile a été contraint de passer par de nombreux points de contrôle israéliens qui n’existaient pas lorsqu’Al-Bara’em parcourait la Palestine pour se produire.

“Je n’arrivais pas à croire que la plupart de ces lieux avaient survécu à la destruction que la Palestine a connue”, a déclaré Sama’an. L’un des lieux qu’Emile lui a montré était Terra Sancta, un théâtre de 900 places situé dans une école privée chrétienne de Bethléem. La taille de la salle a de nouveau choqué Sama’an, qui commençait seulement à comprendre l’importance d’Al-Bara’em.

Plus tard, dans la cave de son oncle, Sama’an a fait une autre découverte en fouillant dans de vieux journaux et archives : une lettre de l’ONU demandant à Al-Bara’em de venir jouer à leur siège à Jérusalem. Il a également trouvé des coupures de journaux et des photos de spectacles d’Al-Bara’em, notamment d’un spectacle au YMCA de Jérusalem.

Au fil du temps, de nombreux documents historiques palestiniens, y compris ceux concernant la musique, ont été détruits dans la violence de l’occupation. Il n’existe pas d’institutions officielles dédiées à l’archivage de la musique palestinienne, ce qui rend d’autant plus rares les documents qu’Emile a pu sauver. Ces découvertes, ainsi que la visite de Sama’an à Terra Sancta, l’ont convaincu que cette histoire – celle qui était cachée dans la cave de son oncle et évoquée timidement dans les courriels familiaux – était trop importante pour ne pas être partagée.

Al-Bara’em a été actif jusqu’en 1976. Alors que l’emprise de l’occupation israélienne s’intensifiait et que certains frères et sœurs Ashrawi cherchaient la sécurité pour eux-mêmes et leurs familles en dehors de la Palestine, maintenir le groupe s’est avéré trop difficile.

Depuis son voyage de recherche en Palestine en 2019, avec la permission d’Al-Bara’em, Sama’an a décidé de consacrer les prochaines années à apprendre et à raconter l’histoire d’Al-Bara’em, ce qui inclut la publication officielle de leur musique et la création d’un documentaire sur le parcours de ses tantes, de ses oncles et de son père vers la gloire du rock ‘n’ roll palestinien.

Il a commencé par la sortie d’une chanson intitulée “Tareeq”, qui sort aujourd’hui, coïncidant par hasard avec l’annonce par l’administration Trump d’un plan visant à faire progresser l’annexion de la Palestine. “Avec ses paroles sur la tristesse de la perte de la terre natale au profit du gouvernement et de l’armée israéliens, a déclaré Sama’an, j’ai l’impression que [“Tareeq”] n’a malheureusement pas perdu une once de pertinence.”

Depuis aussi longtemps que j’ai …. Aussi longtemps que j’ai
Une triste histoire avec les sources d’eau
Une histoire où j’avais perdu ma maison (pays)
Et en périssant j’ai un frère perdu
Et un ciel qui ne se réveille pas
Ne me demandez pas qui je suis.

(Paroles de “Tareeq”, inspiré par le poète Jibreel Al-Sheikh, traduit par Samir Ashrawi)

Traduction RadioHchicha.COM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici